Neurologie Mémoire eidétique: il vaut mieux oublier
- , le 24/03/2014.

Il existe des personnes dans le monde à qui vous pouvez tout à fait demander : « Que faisiez-vous le soir du 4 avril 2011 ? » Ils ont la réponse, car leur cerveau a tout enregistré. C'est la fascinante « mémoire photographique ». Pratique ? Pas tellement...

Ces personnes vivent un véritable enfer, selon leur propre compte-rendu. En effet, leur cerveau passe leur temps à reprendre les souvenirs dans leur tête chaque jour. Par conséquent, cela leur limite souvent les capacités d'interactions sociales et la dépression guette...



Des universitaires suggèrent que le cerveau humain oublie les informations peu importantes afin de rester efficace. Si ce processus actif (le cerveau, plastique, fait le ménage) et non pas passif est interrompu, cela peut provoquer des maladies mentales. Au cours de l'étude, on a identifié la molécule responsable de ce processus, la protéine « Musashi » (msi-1). On a réalisé des expériences sur des souris en enlevant cette protéine. Ces spécialistes pensent que cette protéine interfère avec la croissance de molécules responsables de la stabilisation des synapses.

Il faut maintenant vérifier les résultats auprès des humains. Évidemment, on pense aussi aux personnes atteintes d'Alzheimer.

Références: Forgetting Is Regulated via Musashi-Mediated Translational Control of the Arp2/3 Complex


L'article « Mémoire eidétique: il vaut mieux oublier » vous a plu ?
Ne manquez pas le prochain :

Google+

Abonnez-vous à l'actualité de Sur-la-Toile par email ou flux RSS ! Vous pouvez également vous abonner spécifiquement au flux de la rubrique « Neurologie »

Commentaires Facebook