Vulgarisation Quand la physique s'intéresse aux bulles de bière
- , le 24/03/2014.

Tout le monde connait cette blague qui consiste à taper sur le goulot d'une bière pour la faire mousser. 3 physiciens espagnols spécialisés dans la dynamique des fluides se sont penchés sur le sujet pour comprendre les mécanismes subtils qui provoquent la formation de cette mousse. À l'aide d'une caméra à haute vitesse, ils ont filmé l'évolution des bulles de gaz dans la bière quand le goulot est frappé et enregistré la variation de pression dans le liquide avec un hydrophone.

Le phénomène est expliqué de deux manières : la naissance des bulles et la propagation très rapide de celles-ci vers le goulot. Lorsque l'on frappe le haut de la canette vers le bas, cela génère une onde de pression qui se propage dans le bas de la bouteille, rebondit sur le fond, remonte vers le haut et redescend de nouveau vers le bas à cause du rétrécissement du goulot. Les analyses des interactions bière-bulles démontrent qu'en seulement un millième de seconde, l'onde a le temps de réaliser 5 allers-retours.



« L'onde de pression fait très rapidement apparaître des chapelets de toutes petites bulles de gaz carbonique, qui ont d'un coup une plus grande surface d'échange avec le liquide, ce qui accélère leur croissance et accélère leur montée vers la surface » explique Daniel Fister, un des initiateurs de l'expérience et chercheur au CNRS. Les résultats de cette étude devraient permettre de comprendre le phénomène de cavitation qui dégrade certains bateaux ou des éruptions limniques comme en 1986 au Cameroun.


L'article « Quand la physique s'intéresse aux bulles de bière » vous a plu ?
Ne manquez pas le prochain :

Google+

Abonnez-vous à l'actualité de Sur-la-Toile par email ou flux RSS ! Vous pouvez également vous abonner spécifiquement au flux de la rubrique « Vulgarisation »

Commentaires Facebook