Astronomie Il devient plus probable qu'il existe bien d'autres univers
- , le 7/04/2014.

Les univers parallèles, vous en avez déjà entendu parler … à la télé ou au cinéma. Au niveau scientifique, ils existent aussi, mais théoriquement, et ne remportent évidemment pas l'adhésion de tous les physiciens et cosmologues. Tout récemment, l'annonce de la découverte d'ondes gravitationnelles ancestrales, juste après le Big Bang, prouve a priori que la période de l'inflation a existé, mais donne du poids au passage aux théories qui incorporent des univers multiples : notre univers ne serait qu'une « bulle de champagne » parmi d'autres.


« Des nouvelles fraîches du pôle Nord »

Le gros souci avec certaines théories scientifiques, comme celles qui concernent l' « avant-Big Bang » est qu'elles peuvent être jolies sur le papier, mais ne peuvent être « testables ». On ne peut réaliser d'expériences pour infirmer ou confirmer. Dans ce cas, sur le plan épistémologique, c'est de la masturbation intellectuelle : du joli délire et de la perte de temps. De nombreux scientifiques croient donc que les univers parallèles rentrent dans cette catégorie : on ne pourrait vérifier si c'est vrai.

Il faut encore vérifier si les ondes gravitationnelles détectées sont bel et bien des preuves directes de la théorie de l'inflation, qui est l'expansion de l'univers de manière exponentielle lors de la première nanoseconde de l'existence de l'univers. Cette période d'inflation explique de nombreuses caractéristiques de notre univers, que l'on voit avec nos télescopes, par exemple, qu'il est « lisse », sans aucune irrégularité, dans toutes les directions.

L'inflation a pour signification que notre univers observable n'est en réalité qu'une petite portion de l'espace, une poche où l'inflation s'est produite et a permis ensuite à la matière de se condenser, en étoiles et galaxies. Il existerait aussi un univers NON observable, où l'espace-temps continue de gonfler … tout en créant des bulles d'univers à tout arrêt de l'inflation ailleurs.

Tout cela pourrait expliquer pourquoi notre univers est si « unique », en particulier pour les valeurs très précises de certains phénomènes, comme la masse de l'électron. La Physique ne peut expliquer cette valeur avec d'autres choses. Et pourtant, si cette masse de l'électron était un peu plus lourde ou plus légère, aucun atome ne pourrait exister...


« Donnez assez de temps à l'hydrogène et il commencera à se demander d'où il vient et où il va »

Il en va de même d'autres « constantes naturelles », comme cette fameuse « constante cosmologique » qu'Einstein avait dû injecter à contrecœur dans ses équations de la Relativité générale. Cette constante exprimerait a priori l'effet de l'énergie noire qui accélère l'expansion de l'univers. Si cette constante avait une autre valeur, l'univers serait aussi très différent. Bref, les « réglages » de l'univers semblent si fins que cela a provoqué la création, sur le plan philosophique (et théologique pour certains) de ce que l'on nomme : le principe anthropique. En gros, ce principe dit que l'univers est fait pour qu'on soit là et pour qu'on l'observe (souvent en disant « Wouuuuaaaaaaaa, la vache, c'est troooooop beau »)

Les multiunivers seraient, selon certains, comme une théorie religieuse : un « court-circuit » de pensée pour ne plus avoir à chercher plus loin sur le plan scientifique. Comme le dit avec une belle ironie Max Tegmark, la récente découverte de BICEP2 provoque chez certains une réprobation de l'idée de multiunivers … dans cet univers. En effet, pour ceux qui croient à l'idée de multiunivers, on peut en réalité prouver, du moins indirectement, qu'ils existent bel et bien.

Il faudra d'autres résultats pour voir de quel côté penche la balance. Est-ce que notre univers n'est qu'une sorte de « ballon cosmique » qui gonfle tout en produisant d'autres « ballons cosmiques », à l'infini et pour toujours ?


L'article « Il devient plus probable qu'il existe bien d'autres univers » vous a plu ?
Ne manquez pas le prochain :

Google+

Abonnez-vous à l'actualité de Sur-la-Toile par email ou flux RSS ! Vous pouvez également vous abonner spécifiquement au flux de la rubrique « Astronomie »

Commentaires Facebook