Souhaitez-vous participer à la création d'un jeu vidéo inspiré de Stardew Valley, ou le tester lorsque la version bêta sera disponible ? Remplissez notre sondage ou inscrivez-vous à notre lettre d'information (en bas de page)
1

Homosexualité et évolution

Génétique Homosexualité et évolution
- , le 22/06/2006.

Contrairement aux idées reçues, l'homosexualité est un comportement naturel très répandu chez les vertébrés. Les rapports sexuels entre individus de même sexe ont été observés chez 450 espèces, en particulier celles qui vivent en société. Mais du point de vue évolutif, comment expliquer que ce trait, qui semble incompatible avec la reproduction, puisse être préservé de génération en génération? Joan Roughgarden propose une révision de l'explication darwinienne de la sélection sexuelle.

Roughgarden est bien placée pour étudier la question. D'une part parce qu'elle est une éminente biologiste, professeur à l'université Stanford ayant publié de nombreux travaux, et d'autre parce qu'elle était un homme durant les 52 premières années de sa vie. En se rendant au défilé de la Gay Pride, elle fut interpellée par le nombre de participants. Alors que la biologie considère l'homosexualité comme une anomalie nuisible, comment se peut-il qu'il y en ait une proportion si importante dans la population?

Les processus de l'évolution éliminent automatiquement les gènes qui empêchent toute reproduction, puisque ceux-ci n'ont pas de descendance. Les caractères génétiques de ces maladies sont donc très rares. Comment se fait-il que l'homosexualité soit présente en si grande proportion, et chez de nombreuses espèces? On sait que c'est très courant chez les singes bonobos et les macaques japonais. Les mouflons males vivent souvent en sociétés homosexuelles, ceux qui n'ont pas de rapports avec d'autres mâles étant exclus du groupe. On a également observé des orgies homosexuelles chez les girafes, les dauphins, les baleines, ... Peut-on encore considérer cela comme une anomalie?

La théorie de Darwin considère exclusivement la sexualité comme un moyen de reproduction. C'est sans doute vrai pour de nombreuses espèces, mais cela semble simpliste quand on regarde les vertébrés sociaux. Chez le bonobo, la sexualité est un outil de résolution de conflits et de cohésion sociale. De même chez l'humain, il est clair que la reproduction n'est pas la seule motivation. La simple compétition des mâles pour obtenir les femelles n'explique pas ce que l'on observe.

Regardons cela sous un autre angle. Si l'homosexualité est si commune dans le règne animal, elle devrait être une adaptation préservée par la sélection naturelle. Chez les espèces non-sociales, les individus de même sexe sont en compétition et ont de bonnes raisons d'être agressifs les uns envers les autres. Au contraire, dans les sociétés de vertébrés, la coopération devient aussi importante sinon plus que la compétition. Comment contrecarrer des millions d'années d'agressivité et pousser des individus de même sexe à s'associer? L'homosexualité ne serait elle pas un moyen évolutif pour favoriser la collaboration?

Il reste un problème: la reproduction. Si l'homosexualité est exclusive, il n'y aura aucune descendance. Dans la nature, c'est rarement le cas. Les individus sont bisexuels à divers degrés, ils continuent à avoir des relations mâle-femelle. Comment se fait-il que chez l'humain les communautés homosexuelles soient presque toujours exclusives et que les bisexuels soient minoritaires? Pourquoi un système dichotomique ou on est soit hétéro, soit homo? C'est probablement une question de culture, et une réaction de regroupement face à plus de 1500 ans de discrimination.

En effet, dans l'antiquité, que ce soit en Grèce, dans l'Empire Romain ou en Asie, les comportements homosexuels n'étaient pas exclusifs. Ainsi, Alexandre le grand était connu pour ses aventures tant avec des femmes que des hommes, Jules César était qualifié de « mari de toutes les femmes, et épouse de tous les hommes ». Et dans les années 50, Alfred Kinsey publiait deux rapports montrant que la majorité des gens ont des tendances bisexuelles. En fait, seul 10% de la population serait vraiment "straight".

La théorie de Roughgarden est certes sujette à controverse, mais elle a le mérite d'expliquer les comportements sexuels observés bien mieux que la sélection sexuelle de Darwin.

Sources: SeedMagazine, Wikipedia


Pour noter ou commenter cet article, vous devez vous connecter.
le 22-06-2006 à 11:11 #
ouf !<br />
chuis rassuré, je suis normal !<br />
comme Alexandre ou Jules César<br />
Re: Homosexualité et évolution
le 22-06-2006 à 13:33 #
GS : le mari de toutes les femmes, et l'épouse de tous les hommes...
Re: Homosexualité et évolution
le 22-06-2006 à 13:54 #
eh oui, je suis trop bon...
Re: Homosexualité et évolution
le 22-06-2006 à 14:36 #
ouais bin qu'est-ce que tu fais encore là ??<br />
Va faire la vaisselle !!!<br />
<br />




Ces discussions pourraient vous intéresser également:


Le rôle de l'homosexualité
L'homosexualité débute dans le ventre de la mère
Oups! Amazon.com censure 57.000 livres liés à l’homosexualité...
L'évolution de la carie
Evolution d'une transsexuelle sur 3 ans