Souhaitez-vous participer à la création d'un jeu vidéo inspiré de Stardew Valley, ou le tester lorsque la version bêta sera disponible ? Remplissez notre sondage ou inscrivez-vous à notre lettre d'information (en bas de page)
2

Les enfants de lesbiennes s'en sortent mieux

Psychologie Les enfants de lesbiennes s'en sortent mieux
- , le 11/06/2010.

Des psychologues ont réalisé différents tests (scolaire et sociaux) sur des enfants élevés par des couples de parents classiques (papa-maman) et de lesbiennes. On a été surpris de constater que, contrairement aux préjugés, les enfants élevés par des lesbiennes ont obtenu de meilleurs scores !

78 enfants soumis aux tests avaient été élevés par des couples de lesbiennes qui avaient utilisé l'insémination par un donneur afin de tomber enceintes. L'âge de ces enfants était de 17 ans. La chercheuse Nanette Gartrell de l'université de Californie à San Francisco affirme qu'aucun doute ne subsiste : les adolescents élevés par des lesbiennes étaient plus obéissants, moins agressifs, tout en étant plus doués en moyenne au niveau des tests académiques et sociaux.

Aux États-Unis, certains états interdisent encore que des parents du même sexe adoptent des enfants sur la base de certains préjugés.


Pour noter ou commenter cet article, vous devez vous connecter.
le 11-06-2010 à 07:43 #
Avant, ces préjugés etaient peut-etre fondés car les enfants de ces couples rarissimes pouvaient se sentir singuliers au milieu de ceux des autres couples classiques.

Mais à partir du moment où ces couples exotiques deviennent monnaie presque courante et que ces enfants sont de plus en plus nombreux, un sentiment de normalité s'installe dans leur exprit qui atténue progressivement le sentiment de différence.

(idem pour les enfants de divorcés)
Quand j'étais jeune, les enfants de divorcés ne parlaient pas trop de leur vie familiale et on sentait parfois un malaise.
Aujourd'hui alors que les familles monoparentales sont presque devenus la norme du devenir des couples, ce serait presque les enfants de couples qui durent qui se sentiraient ringards !

(Modifié par karthesius le 11-06-2010 à 07:44)
Anon139957
Profil Censuré
Re: Les enfants de lesbiennes s'en sortent mieux
le 11-06-2010 à 10:56 #
Aujourd'hui alors que les familles monoparentales sont presque devenus la norme du devenir des couples, ce serait presque les enfants de couples qui durent qui se sentiraient ringards !


T'exagérerais pas un tout petit peu ?

Je me demande quelle est l'explication de cette observation...
Est-ce l'absence de père ?
Il faudrait mener une étude sur les enfants de couples gays.
Re: Les enfants de lesbiennes s'en sortent mieux
le 11-06-2010 à 11:00 #
A condition que leurs mères ne subissent pas de viol correctif...
Re: Les enfants de lesbiennes s'en sortent mieux
le 11-06-2010 à 11:07 #

Le 11-06-2010 à 11:00, GS :
A condition que leurs mères ne subissent pas de viol correctif...

Où l'on peut lire :
Sexual violence in South Africa.
Nom d'un chien, dans quel guêpier notre sublimissime équipe nationale de foot ( ) est elle allée se fourrer .




Ajout du 11-06-2010 à 11:10:


Le 11-06-2010 à 07:43, karthesius :

Aujourd'hui alors que les familles monoparentales sont presque devenus la norme du devenir des couples,

Tu triches, Karthesius !!!
Moi j'ai lu :
Aujourd'hui alors que les familles monoparentales sont presque devenus la norme des couples,



Re: Les enfants de lesbiennes s'en sortent mieux
le 11-06-2010 à 11:52 #
Bon matin tout le monde...

@ GS... J'ignorais que de tel groupe existait; on se croirait dans les années 50 ou 60 avec le KKK... Je me demande en quelle année du futur les gens vont conscientiser qu'au delà des différences nous sommes tous égaux... Et que des souffrances infligées aujourd'hui peuvent se répercuter sur toute une vie... Bon sens ce que le monde est bête...

En ce qui concerne l'étude et son résultat, je n'en suis pas vraiment surprise... Et à mon avis le résultat de cette étude provient directement du père... Hum... Je vous entend déjà me sauter dessus pourtant je n'en suis pas moin sincère...

Je m'explique; je ne suis ni sexiste, ni attirer par des femmes; je vis avec un conjoint depuis plus de 10 ans qui est le père de mon petit dernier agé aujourd'hui de 7 ans... Je pense que les hommes ont parfois, je dis bien parfois; tellement peur que leur fils ait une tendance quelconque... qu'il leur arrive même de leur empêcher une activité sous prétexte qu'il pourrait devenir homosexuel en vieillissant.

Je vais ici vous donner des exemple que j'ai moi même vécu et qui à mon avis ont peut-être suscité à long terme de l'agressivité chez certain enfant... Mais bien sur cela ne reste qu'une simple hypothèse.

Alors donc, mon fils a grandi avec sa soeur qui est de 5 ans son ainée; naturellement il a grandi à travers les "barbies" et les poupées, les déguisements et aussi les maquillages. S'il est vrai qu'il possédait beaucoup de camion et de petite auto, je vous dirais que vers l'âge de 3 ou 4 ans il avait un grand plaisir à jouer aux "barbie" mais aussi à se déguiser et se maquiller... Je me souviens à l'époque mon conjoint détestait cela; il en faisait une dépression et je devais sans arrêt le rappeller à l'ordre; que tout cela faisait parti de son apprentissage de la vie et qu'il devait lui même choisir ce dont il aimait ou non... Mon conjoint est de 13 ans mon ainé; il a donc grandi avec les principes...un gars c'est un gars; ça pleure pas pis ça se bat pour se défendre... Hum... Vous dévinez très certainement que ce dictons ne fais absoluement pas parti de mes convictions et que le jour ou Tommy est revenu de l'école en disant qu'un petit garçon l'avait poussé par terre et que mon conjoint à répondu: fais lui la même chose; ouff ça pas bien été dans la maison... Il était hors de question qu'il enseigne à son fils à se battre alors qu'il est tout à fait possible d'être pacifique et de négocier... Je ne peux pas vraiment l'en blâmer puisque dans son temps à lui c'était ça la vie mais les temps changent...on devient de plus en plus civilisé (enfin je crois) et d'autres valeurs viennent complèter celle d'autrefois...C'est ainsi...

Aujour'hui mon fils agé de 7 ans est un petit garçon qui adore les "trucks", les pelles mécaniques et la mécanique... Il démonte sans arrêt ses camions et en rebâtit d'autre avec les pièces... Un vrai petit mécano et pourtant à l'âge de 4 ans il préfèrait jouer aux "barbies" avec sa très chère soeur...

Maintenant parlons de sa personnalité; je vous dirais qu'il est un enfant doux, calme et attentif à son environnement... Il est le médiateur de la cour d'école et très sérieusement il n'a pas d'agressivité...il est hyper doux avec les petits animaux; il apprend à respecter son environnement; que ce soit une tortue, une grenouille, un chaton ou une dinde sauvage; pour lui ce sont tous ses amis... Je peux vous dire qu'il a rangé les poupés même s'il lui arrive encore parfois (surtout lorqu'il pleut) de ressortir tous les trucs de "barbies" les petits meubles, et de s'intaller à la grandeur du salon et de jouer avec sa grande soeur durant toute une après-midi... Et comme ils ont du plaisir...

Donc je dirais qu'il arrive parfois qu'à cause d'un trop grand "machisme" de la part du père, l'enfant se retouve brimé dans certain jeux ou même certaine activité... ce qui à mon avis est néfaste pour lui...

Mais bien sûr tout cela ne reste qu'un hypothèse car je suis loin de posséder le monopole de la vérité...

Au plaisir... Bisous... Chester
Re: Les enfants de lesbiennes s'en sortent mieux
le 11-06-2010 à 12:01 #
Je crois en effet qu'il faut laisser les petits garçons jouer avec les poupées Barbie.
C 'est le meilleur moyen pour qu'ils apprécient les vraies belles femmes quand ils seront adultes .




Ajout du 11-06-2010 à 12:02:

Même remarque en ce qui concerne ta dinde : laisse le jouer avec .

Re: Les enfants de lesbiennes s'en sortent mieux
le 11-06-2010 à 12:42 #
beh alors Ali, selon ce que tu dis, il faudrait-donc empecher les petites filles de jouer avec les poupées Barbies alors!

sauf si ce sont des Poupons-Barbus !
Re: Les enfants de lesbiennes s'en sortent mieux
le 11-06-2010 à 13:14 #

Le 11-06-2010 à 12:42, karthesius :

sauf si ce sont des Poupons-Barbus !

Tu prêches pour ta paroisse ???
Perso, je suis glabre, sur tout le corps ...
D'ailleurs si certaines ont de doutes ...

Anon139957
Profil Censuré
Re: Les enfants de lesbiennes s'en sortent mieux
le 11-06-2010 à 13:25 #
il avait un grand plaisir à jouer aux "barbie" mais aussi à se déguiser et se maquiller... Je me souviens à l'époque mon conjoint détestait cela; il en faisait une dépression


Il faudra du temps avant que les gens comprennent que la seule difficulté à être homosexuel ces temps ci est le regard des autres, et que tant qu'on manifestera de la peur on alimentera cette haine vis à vis d'eux.
Personnellement il m'est aussi arrivé (rarement) de jouer à certains jeux de "filles" quand j'étais petit, en outre j'adorais me maquiller mais pas dans le genre mascara, bleu, fond de teint bien sûr, se travestir en ogre ou en citrouille comme l'adorent tous les petits
Je n'en suis pas "divergent" pour autant...

De toute façon si ton enfant est homosexuel, il le restera, alors à quoi bon s'y opposer ? Pour lui faire de la peine et te détruire la vie ?
Par ailleurs même s'il est possible d'en "retourner", je pense que je ne ferais jamais subir cela à mon enfant, je crois qu'il doit vivre sa vie sans mauvaises limites, sinon à quoi bon vivre une vie dictée par autrui ?
Re: Les enfants de lesbiennes s'en sortent mieux
le 11-06-2010 à 13:34 #
Tu prêches pour ta paroisse ???
Perso, je suis glabre, sur tout le corps ...
D'ailleurs si certaines ont de doutes

(naguère) on m'a deja appelé "Le Rustique", mais c'etait pas pour des attributs pileux.



(Modifié par karthesius le 11-06-2010 à 13:37)
Re: Les enfants de lesbiennes s'en sortent mieux
le 11-06-2010 à 14:36 #
Aux États-Unis, certains états interdisent encore que des parents du même sexe adoptent des enfants sur la base de certains préjugés.

Tandis qu'en France ça se passe beaucoup mieux...

Je ne suis pas surpris, mais je pense qu'en réalité ce n'est pas l'orientation sexuelle qui joue ici, mais juste le fait d'être à l'aise avec sa sexualité. Si on a peur de l'homosexualité, qu'on pense qu'il suffit de toucher une poupée ou de faire la cuisine pour se mettre à aimer les hommes, je crois qu'on est insécure par rapport à sa propre identité sexuelle. Problème qui risque de se répercuter sur les enfants.
Re: Les enfants de lesbiennes s'en sortent mieux
le 11-06-2010 à 19:30 #
Hum, hum ...

Loin de moi l'idée de polémiqué ... mais rien que dans la façon de faire les choses cette étude est orienté.
Si quelqu'un à un lien a fournir qui pointe vers les détails de cette analyse, pourrait-il en faire part (j'ai pas cherché longtemps, mais j'ai pas trouvé grand chose).

Un point me chiffonne : Pourquoi ce limité à la séparation couple homme/femme couple femme/femme ... cela donne d'emblée l'impression que les dit psychologue savent ce qu'il veulent montré ... d'aucun diront que c'est souvent le cas en psychologie ... où le traitement statistique quand il est clairement expliqué est parfois sommaire (d'où mon intérêt pour un papier complet sur le sujet).
Une étude exhaustive aurait me semble t-il été plus interressante :
-Couple : homme/femme homme/homme et femme/femme
-Mono parents : homme ou femme
-Parents séparé
... on peut faire encore beaucoup de case.

Ensuite il me semble évident de considéré un point :
-Dans un couple homosexuel il semble improbable qu'un enfant arrive à l'improviste ... dans un couple hétéro cela est, sans dire fréquent, commun. Ainsi déjà nous voyons un premier biais indépendant du genre sexuel, mais juste circonstanciel (c'est ici qu'une étude sur des parents homme/homme eut été intéressante).

Une étude complète à t-elle été effectué sur les artefact statistique de l'échantillon ? 78 cas c'est peu ... même bien choisi, donc attention au conclusion ...
Comment est estimer la réussite des enfant de couple hétéro ? Aucune taille d'échantillon n'étant avancé j'ai déjà peur d'avoir à faire à de simple moyenne sur l'ensemble de la population ... autant de biais introduis par les "cas" non traité.

Il est dommage de voir ce genre d'étude dont la présentation ressemble plus à une campagne idéologique, qu'à un travail scientifique.
Si quelqu'un me trouve un papier complet traitant du sujet, ce serait sympa !
Re: Les enfants de lesbiennes s'en sortent mieux
le 11-06-2010 à 19:42 #
L'étude, publiée dans Pediatrics, est disponible ici.
Anon255410
Profil Censuré
Re: Les enfants de lesbiennes s'en sortent mieux
le 11-06-2010 à 19:47 #
En tout cas je ne deviendrais jamais lesbienne pour que mon enfant s'en sorte mieux Bien que je n'est aucun problème avec le couples lesbiennes
Re: Les enfants de lesbiennes s'en sortent mieux
le 11-06-2010 à 19:50 #

Le 11-06-2010 à 19:47, Zuoranges :
En tout cas je ne deviendrais jamais lesbienne pour que mon enfant s'en sorte mieux Bien que je n'est aucun problème avec le couples lesbiennes

Ah ???
Parce que tu es de sexe féminin ???

Re: Les enfants de lesbiennes s'en sortent mieux
le 11-06-2010 à 19:55 #
que veux-tu dire ali-gator, qu'il faut forcément etre une femme pour etre lesbien(ne)
Re: Les enfants de lesbiennes s'en sortent mieux
le 11-06-2010 à 21:44 #

Le 11-06-2010 à 19:42, ben :
L'étude, publiée dans Pediatrics, est disponible ici.


Merci.

C'est limite pire que ce que je pensais ... si il croit avoir montré quoique soit c'est inquiétant, je n'irait pas jusqu'a prétendre avoir une bonne connaissance de la psyché humaine ... mais leur approche est très réductrice ...

Ma conclusion : Une étude qui n'est rien de plus que la propagande idéologique ...

D'autant plus que ce genre de pseudo étude me semble dangereuse, surtout dans un domaine (éducation des enfants) ou l'on privilégie souvent la femme devant l'homme.
Re: Les enfants de lesbiennes s'en sortent mieux
le 11-06-2010 à 21:45 #
ça ne m'etonne même pas
car un enfant dans une famille avec un pere et une mere il y aura un probleme (pas toujours) car le pere peut etre agressif ( ça peut etre aussi sur le mere) mais en majorité c'est de l'homme que viens la cause. ensuite un enfant éduqué par un couple de lesbiennes sera forcément plus calme car il éduqué par deux femmes mais il peut tres bien y en avoir une qui soient aussi agressif qu'un homme enfin apres c'est mon point de vue.
Re: Les enfants de lesbiennes s'en sortent mieux
le 11-06-2010 à 21:55 #

Le 11-06-2010 à 21:44, Psyricien :

Le 11-06-2010 à 19:42, ben :
L'étude, publiée dans Pediatrics, est disponible ici.


C'est limite pire que ce que je pensais ... si il croit avoir montré quoique soit c'est inquiétant, je n'irait pas jusqu'a prétendre avoir une bonne connaissance de la psyché humaine ... mais leur approche est très réductrice ...

Ma conclusion : Une étude qui n'est rien de plus que la propagande idéologique ...

D'autant plus que ce genre de pseudo étude me semble dangereuse, surtout dans un domaine (éducation des enfants) ou l'on privilégie souvent la femme devant l'homme.


Je ne l'ai pas encore lue, mais ça me surprends car c'est un journal peer-reviewed assez prestigieux, parmi les plus cités dans le domaine. Ils n'ont pas l'habitude de laisser passer n'importe quoi...

Anon139957
Profil Censuré
Re: Les enfants de lesbiennes s'en sortent mieux
le 11-06-2010 à 21:56 #
En tout cas je ne deviendrais jamais lesbienne pour que mon enfant s'en sorte mieux Bien que je n'est aucun problème avec le couples lesbiennes


Tu as besoin de lunettes contre l'hypermétropie.

Les gens qui dénigrent les homosexuels me font rire il n'y a qu'à les regarder s'agiter dès qu'on aborde le sujet, ils agissent comme en position défensive, ça m'a toujours étonné de voir que les gens sont si aveugles

La psychanalyse explique quant à elle que l'homophobie peut être le résultat de désirs homosexuels refoulés, ce qu'un test récent de l'American Psychologist Association tend à prouver[49] : sur un public d'hommes se disant hétérosexuels — et se déclarant homophobes ou non — auxquels l'on a fait visionner des images érotiques homosexuelles, 44% des non homophobes ont montré des traces d'excitation, contre 80% des homophobes. De même, 24% des non homophobes étaient en érection complète contre 54% pour les homophobes.


Mais j'imagine que ça tombe sous le sens.
C'est comme un petit garçon qui nie être attiré par une copine alors même qu'on a prononcé son nom... c'est une attitude criante de vérité.

ps : ça doit quand même foutre les boules d'avoir une érection devant un porno gay quand on est homophobe... en même temps, tant de haine injustifiée se paie un jour ou l'aure.
Re: Les enfants de lesbiennes s'en sortent mieux
le 12-06-2010 à 08:25 #

Le 11-06-2010 à 21:55, ben :

Le 11-06-2010 à 21:44, Psyricien :

Le 11-06-2010 à 19:42, ben :
L'étude, publiée dans Pediatrics, est disponible ici.


C'est limite pire que ce que je pensais ... si il croit avoir montré quoique soit c'est inquiétant, je n'irait pas jusqu'a prétendre avoir une bonne connaissance de la psyché humaine ... mais leur approche est très réductrice ...

Ma conclusion : Une étude qui n'est rien de plus que la propagande idéologique ...

D'autant plus que ce genre de pseudo étude me semble dangereuse, surtout dans un domaine (éducation des enfants) ou l'on privilégie souvent la femme devant l'homme.


Je ne l'ai pas encore lue, mais ça me surprends car c'est un journal peer-reviewed assez prestigieux, parmi les plus cités dans le domaine. Ils n'ont pas l'habitude de laisser passer n'importe quoi...




Salut,

J'en doute pas une seule seconde.

Mais il faut dire qu'en général en psychologie, leur capacité d'analyse statistique est proche du néant (certes je suis très tatillon la dessus).

Je n'est fait que survoler l'article, hier j'avais les yeux qui piquaient un peu. Mais il ne tiennent compte de rien à part ce qu'il veulent montrée ... D'ailleurs heureusement il se garde bien de tenté d'expliquer le phénomène, enfin heureusement et malheureusement, pour un papier qui se veut à caractère scientifique c'est un peu ennuyeux de ne proposé aucun mécanisme d'explication ... ce qui donne encore plus l'impression que le but de cette article ce résume à de la propagande idéologique.

Comme je le disait précédemment cette étude est très réductrice, il choisissent une variable et oublient toute les autres ... car honnêtement qui oserait dire qu'il n'y a que le sexe des parents qui influence de façon majeur la réussite des enfants ?

....

Et je pourrait continuer longtemps

ça ne m'etonne même pas
car un enfant dans une famille avec un pere et une mere il y aura un probleme (pas toujours) car le pere peut etre agressif ( ça peut etre aussi sur le mere) mais en majorité c'est de l'homme que viens la cause. ensuite un enfant éduqué par un couple de lesbiennes sera forcément plus calme car il éduqué par deux femmes mais il peut tres bien y en avoir une qui soient aussi agressif qu'un homme enfin apres c'est mon point de vue.


Merci de montré ici, ce qu'il ne faut surtout pas faire quand on est un minimum sérieux :
Tiré des conclusion caricatural à l'emporte pièce.
Personnellement je ferait plutôt partie de ceux qui pensent qu'une dose d'agressivité n'est pas négative, bien au contraire cela me semble un moteur essentiel à la compétition et ipso facto à la réussite. Je ne m'édenterait même pas sur le cliché "Les homme y sont plus agressif que le femmes", je pourrait sortir 5 cliché du même acabit envers la gent féminine (quoique je risquerais de me faire baffé assez vite part ma copine).

PS : Ne jamais ce fier au nom de la revu, cela n'est qu'un premier contrôle, loin d'être un gage de vérité. Surtout en psycho ou les étude sont très sujette à la subjectivité du psychologue ... c'est pour ça qu'un traitement statistique irréprochable doit être fait, ce n'est pas le cas ici.
Anon139957
Profil Censuré
Re: Les enfants de lesbiennes s'en sortent mieux
le 12-06-2010 à 12:02 #
Woaw, quelle diatribe expansive contre les études psychologiques...
Qu'est-ce que tu en sais que l'étude n'est pas fondée et que ses résultats ne sont pas statistiquement valables ? Tu es dans le métier ?

ps : je ne tiens pas à être mesquin en te disant que de la part d'un scientifique, critiquer les erreurs de ses confrères dans un texte qui en contient plein, qui plus est d'orthographe, c'est un comble de la part de celui qui revendique une précision extrême...
Re: Les enfants de lesbiennes s'en sortent mieux
le 12-06-2010 à 17:12 #

Le 12-06-2010 à 12:02, Xenomorph :
Woaw, quelle diatribe expansive contre les études psychologiques...
Qu'est-ce que tu en sais que l'étude n'est pas fondée et que ses résultats ne sont pas statistiquement valables ? Tu es dans le métier ?


... Tout dépend ce que tu appelle "Le métier" ... mais pour la partie que je critique : L'analyse statistique, je suis largement compétant au vu de ma formation !
Donc je réédite : Cette étude ne prouve rien sinon la partialité de l'auteur.

ps : je ne tiens pas à être mesquin en te disant que de la part d'un scientifique, critiquer les erreurs de ses confrères dans un texte qui en contient plein, qui plus est d'orthographe, c'est un comble de la part de celui qui revendique une précision extrême...


Il faudra qu'un jour, un des ardents défenseur de l'orthographe française m'explique le lien entre une faute d'orthographe et une faute d'analyse ! Aucun n'a encore pu, étrangement ... mais oui j'y suis, l'un concerne la forme l'autre le fond ... en somme rien à voir.

Tu veut m'attaquer sur mon orthographe je t'en remercie vivement, étant dyslexique
Au cas ou tes capacité de compréhension soit limité, je résume :
-J'ai une très bonne formation en stat, pas en français ... et je ne critique personne sur ces fautes d'orthographes, je critique là où je suis compétant ! Sinon à ce train là on peut trouvé des carences chez tout le monde et en conséquence personne ne peut critiquer le travail de personne ... très constructif comme approche.
-Je vois passé une news, je la lit ...
-Je trouve la présentation de l'analyse problématique.
-Habituellement j'aurais laissé passer, mais là le sujet me parait glissant et tendancieux : "les femmes serait meilleur pour élevé des enfants" ... là je tique, je vais donc approfondir en me tenant à ce que je connait : La stat.
-Je survole le papier et je suis déjà limité horifié par ce genre d'analyse ... c'est vide, aucun test de controle statistique n'a été effectué, aucune corrélation entre différente variable ... dans mon domaine tu envois ce genre de papier à un référé il te le renvois en t'insultant ...
-Donc je met en lumière quelque uns des points qui mon semblé frappant, en expliquant un minimum.

-Et la tu débarque en me critiquant sur la forme ... mais comprenons nous bien, mon style n'est pas de prendre des gants, mon style c'est de dire ce que je pense. Alors tu veut discuté ok, mais alors parlons du fond ... :

-Pourquoi une étude sur les couple femme/femme et homme/femme ... il existe plein d'autre type d'environnement familiale, qui aurait rendu l'étude plus exhaustive, et moins sujet à des singularité statistique.
-Pourquoi uniquement considéré le sexe des parents, pourquoi ne pas tenir compte de toute les variable environnementale (forcément cela ferait explosé les barre d'erreurs, et hop au revoir la détection)... j'espère que tu ne croit pas que toute ta personnalité te vient de tes parents ?
-Un échantillon inférieur à 100 cas c'est très peu, même bien choisi, donc très sujet au singularité statistique. Je n'est vu aucun test, pour testé la validité statistique de l'échantillon.
-Aucun mécanisme n'est proposé, c'est scientifiquement creux ... et donne l'impression que le seul de l'étude est de la propagande, puisqu'à part ça, il n'y a pas de production scientifique.

Alors soit tu répond au point que je soulève et on pourra avancé de façon constructive, soit ne gaspille pas ton temps je ne répondrait qu'a une discutions de fond, la forme ne m'intéresse pas!.
Re: Les enfants de lesbiennes s'en sortent mieux
le 12-06-2010 à 19:19 #
Il y a des défauts dans cette étude, je ne serai cependant pas tout à fait aussi sévère.


Le 12-06-2010 à 17:12, Psyricien :
"les femmes serait meilleur pour élevé des enfants"

Je ne sais pas ou tu as lu ça...

-Pourquoi une étude sur les couple femme/femme et homme/femme ... il existe plein d'autre type d'environnement familiale, qui aurait rendu l'étude plus exhaustive, et moins sujet à des singularité statistique.

Il y a des tas de sujets intéressants, mais je pense qu'il est judicieux de bien cerner une question précise. De plus, le fait de suivre des familles sur plus de 18 ans avec une équipe et un budget restreints n'est pas évident, il est donc compréhensible de limiter le nombre de sujets, d'autant que le phénomène était encore rare et méconnu dans les années 80 - et que les futures mères avaient de bonnes raisons d'être discrètes dans le contexte.

-Un échantillon inférieur à 100 cas c'est très peu, même bien choisi, donc très sujet au singularité statistique. Je n'est vu aucun test, pour testé la validité statistique de l'échantillon.

J'ai rarement vu des justifications de ce type, à part dans les travaux d'étudiants. On s'adresse à des bac+10 donc, comme je le comprends, on résume autant que possible tout ce qui pourrait paraitre trivial. Mais mes connaissances en stats sont basiques et poussiéreuses, je peux me tromper!

Pour moi, il y a deux défauts majeurs. D'une part, comme expliqué dans l'étude, si les résultats ont pu être ajustés pour des facteurs comme l'éducation des parents ou la situation économique, ils n'ont pas pu l'être pour la race et le lieu de résidence. Mais plus important encore à mes yeux, les données ont été collectées par sondage auprès des parents. Des mères lesbiennes, sachant les difficultés qu'elles ont encore aujourd'hui pour avoir le droit d'adopter et l'importance de ce type d'étude, on pu consciemment ou inconsciemment rendre leur témoignage plus favorable.

Mais cela n'est pas dissimulé, au contraire c'est expliqué clairement, et je pense que la conclusion comme quoi les pédiatres peuvent considérer les adolescents élevés par des mères lesbiennes comme aussi sains que les autres reste parfaitement valide, ainsi que le fait qu'il soit injustifié d'empêcher les lesbiennes d'adopter.

Ce que j'en retiens, c'est que s'il y avait réellement de graves conséquences pour ces enfants, une absence d'ajustement statistique n'aurait pas réussi à le cacher, et qu'il faut donc admettre qu'un couple lesbien est aussi apte à élever des enfants qu'un autre.

Ben
Anon139957
Profil Censuré
Re: Les enfants de lesbiennes s'en sortent mieux
le 12-06-2010 à 19:36 #
Psyriscien, tu te braques quand on te fait une réflexion ? Tient tient... je ne peux que te déconseiller de rencontrer ceux envers qui tu t'es lâché au vu de leur étude, car en général, les gens se comportent avec les autres comme ils se sont comportés avec eux.

Mais je sais pardonner. Sache que je connais pas mal de dyslexiques, et eux -contrairement à toi- ont su comprendre que s'efforcer à bien écrire pouvait rendre leur textes précis et ainsi éviter toute mésentente.
A moins que tu n'aies en plus quelques difficultés de compréhension, tu auras aisément saisi l'intérêt de l'utilisation d'un orthographe irréprochable chez un scientifique, notamment lorsque celui-ci contredit une étude avec des arguments à l'appui.

Je te rappellerais d'autre part que sans forme, le fond n'a pas de raison d'être. Je ne te ferais pas l'insulte de tout disserter à ta place.

Je plussoie grandement Ben, qui encore une fois sait replacer intelligemment, et avec diplomatie, ceux qui ne sont pas à leur place.
Il faut savoir faire des comparaisons judicieuses : on compare les enfants de lesbiennes à ceux de tous les autres couples, et peut être qu'ensuite on fera la même étude en remplaçant les lesbiennes par les gays.

Cela dit les résultats de l'étude n'ont pas traits à des statistiques il me semble... mais à des capacités d'analyse psychologique qui ne sont visiblement pas de ton ressort. Tu sais comparer objectivement deux enfants ensemble sur un certain nombre de points, toi ?
Re: Les enfants de lesbiennes s'en sortent mieux
le 13-06-2010 à 11:16 #
heu,heu ça fait 2 fois que je fait planté firefox en tentant de répondre ... la flemme de tout réécrire :

Pour Xeno :
-Pour qui te prend tu ?
-Va faire ta crise ailleurs
-La stat c'est le point de clé de toute analyse, sans la stat tu démontre rien, donc quand cette aspect est mal traité, oui toute l'étude est discutable.
-Celui qui n'est pas à ça place ici c'est toi, tu ne parle pratiquement pas du sujet.

Pour ben :
-J'ai la mauvaise manie d'être très sévère envers les article que je lis, c'est d'ailleurs pour ça qu'habituellement je m'abstiens de répondre
-Pour la première citation effectivement c'est un raccourci fait de ma part ... que je justifie par le fait que beaucoup d'autre l'on fait aussi, donc qu'il sont intrinsèque à la conclusion de cette étude
-Les contrainte technique sont effectivement intéressante, mais dans la démonstration d'un effet, si les contrainte technique sont trop grande on conclu à une non détection. Donc pour moi ces contrainte n'excuse pas les conclusion que je trouve racoleuse et orienté
-La justification de l'échantillon :
Au dessus de 1000 cas je suis ok, en dessous les chose sont bien plus ardu, et prétendre être descriptif de toute la population avec 80 cas, j'ai envie de voir la démonstration.
-Aucune prise en compte d'un biais d'observation (ou alors j'ai raté un truc) ... le seul fait d'observé une famille, modifie le comportement de la dite famille ... ce qui ajouté un biais.
-Le fait qu'il assume certaine faiblesse est une chose, mais le problème c'est que les dite faiblesse ne sont pas traité statistiquement ... donc au final, ça reviens à dire, "On n'a pas fait ça, tant pis on conclu quand même sans en tenir compte" ... peut être monnaie courante dans ce domaine ... mais c'est tout bonnement, n'importe quoi

Ce que j'en retiens, c'est que s'il y avait réellement de graves conséquences pour ces enfants, une absence d'ajustement statistique n'aurait pas réussi à le cacher, et qu'il faut donc admettre qu'un couple lesbien est aussi apte à élever des enfants qu'un autre.


Je suis accord avec l'assertion! Sauf que cette étude ne le montre pas !
C'est un torchon, qui as terme risque même de desservir la cause qu'ils croient servir.


(Modifié par Psyricien le 13-06-2010 à 11:26)
Re: Les enfants de lesbiennes s'en sortent mieux
le 13-06-2010 à 11:37 #
Hello and good morning (ben quoi, c'est toujours le morning, non ?) !

The life is good and beautiful (or not !), so keep it cool and take it easy !!!

Ne nous engueulons pas le jour du seigneur, ou nous mettons en danger (ou pas !) notre âme immortelle (ou pas !).

Soulevons si nous le voulons les biais ou les défauts de l'étude, mais de façon courtoise et civilisé (car nous sommes des gens civilisés... ou pas !). Et reprenons-nous les uns les autres sur le fond, pas sur la forme, cela n'est guère adéquat.

@+ et bon dimanche (sous vos applaudissements, comme il disait, l'aut')
Re: Les enfants de lesbiennes s'en sortent mieux
le 13-06-2010 à 11:38 #
Je me demande ce que devienne les petits-enfants d'homosexuels mâles?

Une étude?
Re: Les enfants de lesbiennes s'en sortent mieux
le 13-06-2010 à 11:42 #

Le 13-06-2010 à 11:38, GS :
Je me demande ce que devienne les petits-enfants d'homosexuels mâles?

Une étude?


Justement c'eut été intéressant de voir les résultats d'une tel étude ...

Anon139957
Profil Censuré
Re: Les enfants de lesbiennes s'en sortent mieux
le 13-06-2010 à 12:21 #
C'est un monde toute de même... Tu te lâches sur un article, je te reprends car tu es déplacé vis à vis de ses auteurs, mais c'est moi qui fait ma crise... Bon je m'arrêterais là, car visiblement avec certains l'âge fait la différence

Pour en revenir au sujet :
Moi aussi ayant fait quelques études de statistiques (biostatistiques justement), je sais que toute étude n'est valable que pour un certain nombre d'individus inclus dedans.
Cela dit, comment estimer le biais qu'implique une telle observation, comme tu l'as si brillamment soulevé ?
Ce à quoi je réponds qu'il est du ressort des psychologues de s'occuper de telles études, et à eux seuls d'en juger les caractéristiques.




Ces discussions pourraient vous intéresser également:


Les enfants uniques s'en sortent tout aussi bien
Lesbiennes sur le tard
On décide mieux à deux
Mieux que l'aspirine, l'argent en espèces !
Les beaux réussissent mieux professionnellement