Souhaitez-vous participer à la création d'un jeu vidéo inspiré de Stardew Valley, ou le tester lorsque la version bêta sera disponible ? Remplissez notre sondage ou inscrivez-vous à notre lettre d'information (en bas de page)
1

Hypothèse de l'hygiène: les allergies ne viennent pas d'une propreté excessive!

Microbiologie Hypothèse de l'hygiène: les allergies ne viennent pas d'une propreté excessive!
- , le 4/10/2012.

Depuis les années 80, on soupçonne que la stérilisation de notre milieu de vie soit responsable de l'augmentation de la fréquence des allergies, de l'asthme et des maladies auto-immunes. C'est ce qu'on appelle l' « hypothèse de l'hygiène ». Un nom qui peut porter à confusion, certains parents pouvant être tentés d'exposer leurs enfants à des microbes afin de les protéger, ce qui peut avoir de graves conséquences. Un rapport très complet de l'IFH fait la part des choses: notre système immunitaire a effectivement besoin d'être stimulé, mais le problème vient de la perte de la flore bactérienne que l'on trouve encore dans les fermes et le sol des campagnes, et non de l'hygiène. Bref, ce n'est pas une question de quantité, mais de diversité.

Hypothèse de l'hygiène: les allergies ne viennent pas d'une propreté excessive!



Les microbes sont toujours omniprésents

Une première idée fausse est de croire que les bactéries et virus ont été éliminés de notre environnement. Ce n'est pas le cas, nos maisons, notre peau, regorgent de bactéries et de virus. Ce que l'on constate est surtout une diminution de leur diversité, ainsi que l'apparition de variétés résistantes aux antibiotiques. De plus, les enfants sont plus que jamais exposés aux microbes, au travers des lieux publics, des situations sociales et des garderies.

On sait que ces dernières sont responsables d'une augmentation de 70 % des infections chez les enfants d'un an, et de 10 % chez les enfants de 3 ans. En toute logique, si cela avait un effet protecteur, on devrait pouvoir le mettre en évidence chez les enfants qui ont été en garderie. Or il n'y a pas de tendance claire en ce sens. En fait, certaines études suggèrent même le contraire: le fait d'avoir des infections avant l'âge de six mois augmenterait le risque de présenter des allergies plus tard.

Hypothèse de l'hygiène: les allergies ne viennent pas d'une propreté excessive!



Ce qui protège contre les allergies

L'allaitement: ce n'est pas clair, mais certaines études laissent penser qu'un allaitement de plus de six mois peut avoir un effet protecteur.

Grandir à la ferme: être à proximité d'animaux d'élevage, en particulier les cochons et les vaches, du stade foetal jusqu'à l'âge adulte présente un effet très positif.

Boire du lait cru : sans doute lié au point précédent, il semble que les microbes transmis dans le lait cru diminuent le risque d'allergies.

— Avoir des animaux de compagnie: les enfants de moins d'un an qui vivent avec un chien ou un chat bénéficient d'une protection. Par contre, sur le long terme, cela expose à des allergènes et augmente le risque de développer une allergie.

— L'infection de certains vers parasites: des nématodes et plathelminthes ont coévolué avec notre espèce et sont capables de diminuer nos réactions immunitaires. Des études au Vietnam et en Éthiopie ont montré que ces vers protègent des allergies, de la maladie de Crohn, et de la sclérose en plaques.

Hypothèse de l'hygiène: les allergies ne viennent pas d'une propreté excessive!



On pourrait s'attendre à ce que la vaccination ait un effet, soit positif par l'exposition à des microbes désactivés, soit négatif à cause de l'effet protecteur contre les maladies. Il n'en est rien, à l'exception du vaccin contre la grippe qui semble avoir un effet protecteur contre les allergies (plus précisément, c'est le virus de la grippe qui augmente les risques d'allergies). Des recherches devraient être faites pour étudier la possibilité de vacciner contre des microbes que l'on ne retrouve plus dans nos environnements actuels, afin de voir si cela peut diminuer les risques d'allergies.

Plus que l'hypothèse de l'hygiène, c'est l'hypothèse du « vieil ami » qui est maintenant privilégiée. Cette hypothèse suggère que des microbes et parasites aujourd'hui difficiles à trouver dans notre environnement étaient autrefois omniprésents et nécessaires à l'initialisation de notre système immunitaire. Il reste cependant à les identifier clairement et trouver comment on peut les réintroduire dans nos vies, sans causer d'autres problèmes.

Références: Stanwell-Smith R, Bloomfield SF, Rook GA. The hygiene hypothesis and its implications for home hygiene, lifestyle and public health. International Scientific Forum on Home Hygiene. www.ifh-homehygiene.org


Pour noter ou commenter cet article, vous devez vous connecter.




Ces discussions pourraient vous intéresser également:


Propreté et odeur de sainteté
Une mauvaise hygiène dentaire et voilà Alzheimer ?
D'où viennent les fleurs
Allergies contre le cancer
La saison des allergies s'allonge...