Souhaitez-vous participer à la création d'un jeu vidéo inspiré de Stardew Valley, ou le tester lorsque la version bêta sera disponible ? Remplissez notre sondage ou inscrivez-vous à notre lettre d'information (en bas de page)
2

Conséquences du divorces chez les enfants

le 28-01-2015 à 20:07 #
Bonjour à tous,

De nombreuses causes impliquent une recrudescence de divorces, et parmi elles l'évolution de la condition féminine ces dernières dizaines d'années. Auparavant, un couple au bord de la rupture restait plus souvent "soudé", parce que peu de femmes avaient un emploi qui leur assurait une vie décente en cas de séparation. Aujourd'hui, ce n'est plus du tout le cas. Et dans le pire des cas, la demande de divorce survient après le mariage et avec un ou plusieurs enfants en bas-âge à charge. Au-delà des complications judiciaires qui peuvent apparaître à propos des biens et surtout de la garde des enfants, toutes les parties peuvent en souffrir : les parents doivent renoncer à partiellement ou totalement à l'éducation de leurs bambins, mais ces derniers ne comprennent pas ce qui arrive à leur famille et en souffrent d'autant plus.

Selon vous, peut-il subsister des "séquelles" dans la tête de ces enfants (même si un cas n'est pas l'autre), et de quel type ?

Re: Conséquences du divorces chez les enfants
le 28-01-2015 à 21:47 #
Salut,

Je pense que le divorce en lui-même n'est pas dommageable, c'est le style d'éducation qui peut l'être.

Si les parents sont assez matures pour mettre leurs différents de coté devant les enfants, et continuer à les éduquer dans un modèle structuré et coopératif, l'impact sera minime, peut-être même positif de par l'élargissement familial éventuel et la leçon de vie qui peut en découler.

Dans les autres cas, même lorsque les parents s'empêchent de divorcer « pour les enfants », les enfants vont s'en prendre plein la tronche, car en bout de ligne ce sont toujours les plus faibles qui trinquent.

Ben
Re: Conséquences du divorces chez les enfants
le 28-01-2015 à 22:37 #
Bonsoir,
Il est possible que dans une famille recomposée les enfants trouvent un équilibre et une ambiance familiale qu'ils n'avaient plus avant la séparation des parents .
L'important est de respecter le choix des enfants.
J'ai l'exemple d'une fratrie de deux où l'un accepte la garde alternée l'autre pas.
Les parents ont eu la sagesse d'accéder à leur souhait.
Mais il reste des traces de cette séparation.


Re: Conséquences du divorces chez les enfants
le 28-01-2015 à 23:18 #
Je raisonnais comme Ben jusqu'à l'année dernière...
Je me disais aussi : mieux vaut pour un enfant un bon divorce des parents qu'une mauvaise ambiance familiale.

Depuis qu'une séparation s'est produite non loin de moi, chez un jeune couple, parents d'une fillette de 5 ans, je commence à m'interroger.

C'était une enfant épanouie, très (trop !) choyée par tous...
La séparation a eu pour conséquence première un afflux de cadeaux supplémentaires, de plaisirs, de caprices...
Pour les parents, sans doute l'occasion de"racheter" un certain sentiment de culpabilité et de "faire passer" l'absence quotidienne de l'autre parent,.. pour les grands-parents le souci de "compenser"...
bref, cette enfant est "gâtée pourrie"... et a compris très vite, d'instinct, tout le parti qu'elle pouvait tirer de cette indéniable culpabilité que les parents ressentent !

L'enfant est très jeune et le "divorce" ne date que de quelques mois... mais on ressent déjà un changement de personnalité :
caprices, exigences... elle est bien moins charmante !
Besoin de retenir l'attention du parent ? peut-être déjà la conscience de pouvoir exercer un subtil chantage affectif ???
Certaines fois, on a l'impression qu'elle essaie de rapprocher ses parents.

Chez un petit garçon du même âge (parents séparés lorsqu'il n'avait que 3 ans), depuis quelques semaines, changement complet de comportement : intenable, méchant, capricieux, insolence et propos grossiers envers tout le monde... bref un horrible petit garçon de 5 ans !... (ici, la mère vit en couple).

Je me demande quelle est la part de l'avancée en âge... quelle est la part de la séparation ?

Mais je commence à croire que ces enfants ne sont pas indemnes..
Dans les deux cas, les parents ont un compagnon /une compagne... pas très bien accueillis !

J'ai l'impression qu'ils ont perdu la sécurité et qu'ils font l'expérience de "l'absence" et de l'impermanence des choses à un âge où ils sont encore "au nid".
Sans doute leur évolution dépendra du comportement des adultes à leur égard... mais pour l'instant je me demande s'ils ne sont pas quelque peu dans la révolte (une révolte à leur dimension) ??

Re: Conséquences du divorces chez les enfants
le 28-01-2015 à 23:51 #
Auparavant, un couple au bord de la rupture restait plus souvent "soudé", parce que peu de femmes avaient un emploi qui leur assurait une vie décente en cas de séparation.


C'était une pression sociale, car le divorce était assez mal vue. Encor avant, la loi ne permettait que certain divorce et, encor encor avant, on ne pouvait pas divorcer.

Concernant les "bons" divorces (les divorces problématiques, c'est une catastrophe pour l'enfant), elle provoque un changement de contexte assez radical et, vue que le comportement d'un être humain dépend fortement du contexte, c'est normal que l'enfant change de comportement assez rapidement surtout que les parents sont très présents dans le contexte où se trouve l'enfant (lorsque l'enfant grandi, la place des parents dans le contexte de l'enfant diminue, en général). Le problème d'un changement radical du contexte est qu'il est très difficile de " contrôler" le changement de comportement chez l'enfant. A mon avis, l'autre problème est que ce changement est le plus souvent négatif à cause des tensions qu'il y a entre les 2 parents (les enfants sont souvent très sensible à ce genre de chose), mais je pense qu'on peut avoir des bonnes surprises.

Après, est-ce mieux que les parents restent ensembe et se foutent plein la gueule ou que les parents divorces ? Je n'en ai aucune idée. Je pense que l'idéale est d'avoir une séparation "lente" (au début, les parents arrête de dormir dans la même chambre et commencent à vivre comme si le père et la mère sont des collocataires. Après, un des parents vie de temps en temps dans un autre appartement et invite les enfants, etc... L'idée est de pouvoir suivre comment l'enfant réagit à chaque petit changement et d'agir en conséquence)
Re: Conséquences du divorces chez les enfants
le 29-01-2015 à 02:15 #
@Alcar :

Après, est-ce mieux que les parents restent ensembe et se foutent plein la gueule ou que les parents divorces ? Je n'en ai aucune idée. Je pense que l'idéale est d'avoir une séparation "lente" (au début, les parents arrête de dormir dans la même chambre et commencent à vivre comme si le père et la mère sont des collocataires. Après, un des parents vie de temps en temps dans un autre appartement et invite les enfants, etc... L'idée est de pouvoir suivre comment l'enfant réagit à chaque petit changement et d'agir en conséquence

Peut-être.... pour l'enfant .
Mais crois-tu que ce soit possible pour les parents ?? et sur quelle durée ?

La plupart du temps, les parents se séparent lorsque l'un d'eux a trouvé l'amour ailleurs...

Allez, un peu de psycho : mets-toi à la place de cet "Amour-ailleurs" : accepterais-tu volontiers que la femme que tu aimes continue à vivre sous le même toit que son ex ? (quelle qu'en soit la raison)...
A 25 ou 30 ans, je pense que j'aurais posé un ultimatum !!! (oui, j'étais très intransigeante à cette époque !!!)
Re: Conséquences du divorces chez les enfants
le 29-01-2015 à 09:25 #
Bonjour

Il me semble que la " séparation lente " suggérée par Alcar conduirait à une plus grande incompréhension. L'enfant ou les enfants voient leurs parents qui vivent sous le même toit comme deux étrangers et sans doute continuent à montrer ( plus ou moins consciemment ) leurs désaccords ! Au début donc , les parents montrent leur affection mutuelle , puis font montre d'une grande indifférence sans marques d'affection ? Ce doit être perturbant à mon sens .
Re: Conséquences du divorces chez les enfants
le 29-01-2015 à 10:14 #
Béo :
Au début donc , les parents montrent leur affection mutuelle , puis font montre d'une grande indifférence sans marques d'affection ? Ce doit être perturbant à mon sens .

Il me semble que l'avis d'enfants de parents divorcés serait des plus INTERESSANTS !!

Pour ma part, Je pense qu'assister à la transformation de l'amour et de l'entente en désaccord et en indifférence (pire encore parfois en aversion !) cela doit infliger à l'enfant une méfiance définitive à l'égard de la pérennité du sentiment affectif.


(Modifié par shu-mei le 29-01-2015 à 12:31)
Re: Conséquences du divorces chez les enfants
le 29-01-2015 à 11:39 #
Au début donc , les parents montrent leur affection mutuelle , puis font montre d'une grande indifférence sans marques d'affection ? Ce doit être perturbant à mon sens .


Moins perturbant que passer de parents qui ne sont pas indifferent entre eux à des parents qui sont indifferent entre eux, qui vivent dans des endroits différents, avec une personne differente, avec des habitude qui changent et avec des interactions différentes (parce que le caractère des parents changent aussi). L'incompréhension de la part de l'enfant, je ne pense pas qu'on peut l'éviter.

Mais crois-tu que ce soit possible pour les parents ?? et sur quelle durée ?

Ca, c'est une autre histoire

Le divorce de mes parents était une vraie catastrophe (guerre des pensions, petite guerre sur la garde des enfants (je dis "petite" parce qu'il n'y a pas eu de gros problèmes), vente de la maison, scission dans la famille, mon père était avec une jeune bouffonne, etc...) donc pas le genre de divorce à prendre comme référence (J'avais dans les 10 ans)

J'ai un ami dont ses parents se sont séparé sans changer d'appartement... avec le temps, ils se sont remis ensemble (dans le sens, il vive dans une certaine harmonie) (... si j'ai bien compris)... si j'ai l'occasion, je vais lui demander.

(Modifié par Alcar le 29-01-2015 à 11:50)
Re: Conséquences du divorces chez les enfants
le 29-01-2015 à 11:43 #
En ce qui me concerne je suis tombé tout petit dans le chaudron .
Mes parents mariés puis divorcés (mon enfance) j'ai été élevé par ma grand-mere maternelle .
Puis re-mariage à la naissance de mon frère.
Ma grand-mère était toujours là.
C'était mon adolescence sans "amour" particulier pour les parents.
Lors de leur deuxième divorce particulièrement violent j'avais 18 ans et j'ai pu renvoyer mes parents dans leur but, sachant leurs responsabilités respectives.
Je n'ai jamais eu de beau-père ni de belle-mère et des parents pour lesquels je n'avais pas d'affection .
Ce qui m'a permis de traverser cette période sans trop en souffrir et de fonder une famille sans répliquer le modèle que j'avais eu.





(Modifié par Ali_Gator le 29-01-2015 à 18:12)
Re: Conséquences du divorces chez les enfants
le 29-01-2015 à 12:51 #
@Alcar :
J'ai un ami dont ses parents se sont séparé sans changer d'appartement... avec le temps, ils se sont remis ensemble (dans le sens, il vive dans une certaine harmonie) (... si j'ai bien compris)... si j'ai l'occasion, je vais lui demander.

J'ai vu cela chez une "relation" lointaine.
C'est la femme qui voulait "vivre sa vie" ! le mari ne souhaitait pas le divorce (sans doute était-il encore amoureux et il y avait un petit garçon d'une dizaine d'année... pour lequel la mère était intransigeante : chacun son tour de s'occuper de lui dans la même semaine !.. et une maison dans un "beau" quartier de Paris (qui devait aussi "créer un lien" !)...
L'enfant avait une dizaine d'années (maintenant il doit bien en avoir 18 ??), le père travaillait la majeure partie de la semaine à 500 km de chez lui... et il adorait son fils ! (il l'emmenait en vacances de neige avec lui... il se consacrait beaucoup à lui... la mère, je ne sais ? peut-être aussi ???)
Les parents ont donc vécu en "colocataires"... et je pense que "dans un temps futur" ils risquent de reformer leur couple ???
Je n'en suis pas sûre, mais j'y vois de fortes probabilités.

Question à Alcar : As-tu identifié chez toi, dans ta personnalité, dans ton cheminement, une marque évidente du divorce de tes parents ?
Ce serait très intéressant, pour nous (et sans doute pour toi aussi ?) que tu examines ce point !
Re: Conséquences du divorces chez les enfants
le 29-01-2015 à 15:49 #
J'ai connu le cas inverse, parents qui ne divorcent pas mais se disputent parfois en permanence, sans violence physique mais pas loin (objets qui volent ), culpabilisation des enfants (« on se dispute à cause de vous », « on doit rester ensemble à cause de vous »), tentative de suicide, etc. Difficile à dire à quel point ça m'a influencé ou si ça aurait été mieux en cas de divorce, mais j'ai souvent le sentiment que ma vie a réellement commencé quand je suis parti.

Coté positif, comme Ali cela m'a permis de ne pas recréer le même modèle.
Re: Conséquences du divorces chez les enfants
le 29-01-2015 à 18:08 #
C'est presque pire de rester dans la même maison et de faire tout l'étalage de son savoir en matière de violence verbale et physique devant ses enfants. Ali et Ben, vous aviez sans doute suffisamment d'esprit critique pour vous éloigner de ces disputes et les ignorer tant bien que mal, et ces mésaventures vous ont permis d'éviter de le répéter à la génération suivante. C'est peut-être choquant à lire mais vous auriez pu développer des comportements semblables si vous étiez alors bien plus jeunes, ou, à défaut de les imiter, vous auriez pu être de nature plus brusque.

Ça ne vous est pas arrivé à vous, mais bien à d'autres.




J'ai aussi un exemple de divorce datant d'un ans environ qui concerne mon entourage lointain. Deux enfants baignent dedans : actuellement 2 ans et 4. Plus que des joutes verbales et pas que, les parents se sont surtout refermés sur eux-mêmes avant d'officialiser leur séparation. La garde est alternée, et pour l'instant les enfants n'en souffrent apparemment pas trop. J'ai du mal à m'imaginer ce que les enfants (surtout l'aîné) en garderont... Il est sans doute trop tôt pour le savoir.
Re: Conséquences du divorces chez les enfants
le 29-01-2015 à 18:32 #
vous aviez sans doute suffisamment d'esprit critique pour vous éloigner de ces disputes et les ignorer tant bien que mal

Pour moi le recul est venu plus tard. Il était clair que je ne voulais pas reproduire la même chose, mais il a fallu du temps et de l'éloignement pour comprendre que rien ne m'y obligeait, et qu'il était absurde de me fier aux conseils et à l'éducation de personnes qui n'ont jamais été heureuses. Tant qu'à voler des idées, je les prendrai chez ceux qui ont réussi

L'absence de modèle de mariage heureux dans mon environnement a fait partie des raisons pour lesquelles je ne souhaitais pas avoir d'enfant avant la trentaine, et sans doute des raisons pour lesquelles je ne me suis jamais marié et ait toujours veillé à ce que l'on soit indépendants financièrement. Le fait de pouvoir se séparer rapidement et sans formalités encourage à faire plus d'efforts, et empêche de se sentir prisonnier.

J'ai aussi eu la chance de tomber sur la personne qui me complète parfaitement.
Re: Conséquences du divorces chez les enfants
le 29-01-2015 à 19:28 #
Question à Alcar : As-tu identifié chez toi, dans ta personnalité, dans ton cheminement, une marque évidente du divorce de tes parents ?
Ce serait très intéressant, pour nous (et sans doute pour toi aussi ?) que tu examines ce point !


Une marque évidente... c'est difficile de dire parce que je n'ai rien pour comparer. Je suis...moi et c'est très difficile de dire pourquoi je suis comme je suis. Ensuite, je trouve que mes parents ont complétement merdé leur vie de couple. Je leur en veux pas, mais c'est mon opinion. Répéter leur histoire ? Mon caractère et ma perception du monde sont trop différent d'eux pour vivre quelque chose de similaire, à mon avis
Re: Conséquences du divorces chez les enfants
le 31-01-2015 à 03:05 #
Bonsoir,

Personnellement, mes parents ont divorcé quand j'avais quatre ans, et je n'en ai jamais souffert petite. Mon frère aîné avait sept ans et l'a aussi très bien vécu. Je ne saurais l'expliquer, j'ai grandi comme ça et pour moi c'était normal de ne voir mon père qu'un week-end sur deux et la moitié des vacances. Mais suivant comment se passe le divorce, cela peut affecter le/les enfant(s).
Après tout le monde réagit différemment.

Pour les beau-père/belle-mère, j'ai toujours accepté le fait que ma mère se remarie et ait d'autres enfants avec un autre homme que mon père. Je n'y ai même jamais réfléchi. Après il y a eu pas-mal de tensions, très probablement liées à l'adolescence et non-pas au fait que ça soit mon beau-père.

L'enfant peut être affecté quand le divorce se passe mal. Actuellement, ça ne va pas du tout entre ma mère et la famille de mon père pour d'énormes conneries et un manque de communication, et cela m'affecte car dans ces cas-là, ce sont les enfants qui prennent tout dans la gueule, qui en subissent les conséquences.

Je pense donc que le divorce n'est pas un problème ni un traumatisme (du moins pas dans mon cas) s'il se passe bien et que les deux parents entretiennent une relation "amicale" (du moins pas agressive).

(Modifié par bestdu33 le 31-01-2015 à 11:35)




Ces discussions pourraient vous intéresser également:


Du sens de la propriété chez les jeunes enfants
Abus de jeux vidéos et divorces
Les adolescents heureux sont de futurs divorcés
Facebook derrière de nombreux cas de divorces aux États-Unis
Davantage de divorces dans les couples qui partagent les tâches ménagères !?