Souhaitez-vous participer à la création d'un jeu vidéo inspiré de Stardew Valley, ou le tester lorsque la version bêta sera disponible ? Remplissez notre sondage ou inscrivez-vous à notre lettre d'information (en bas de page)
2

La Friendzone

sondage Que signifie ce terme selon vous ? (Analyse)

A - Absolument rien. (3 votes)
B - Une mode adolescente sans intérêt. (2 votes)
C - Un phénomène vaguement connu. (2 votes)
D - Un phénomène naissant et non négligeable. (0 vote)
E - Un fléau dont vous avez été victime. (0 vote)


le  5-03-2015 à 20:36 #
Bonjour tout le monde,

Un beau concept que voilà. Oui, j'emploie le mot concept pour conserver une nuance légèrement abstraite.
Faut-il vraiment accorder du crédit à cette "notion" (dans ce cas, comment la comprenez-vous, y a t-il déjà eu un intérêt pour ce thème, sous d'autres noms ?) ou est-ce simplement une mode comme il y en a eu avec le "cassé" de Brice de Nice et les autocollants Panini ?

Re: La Friendzone
le  5-03-2015 à 21:01 #
@Radiator : il conviendrait peut-être de demander à un modérateur de transporter sur ce fil le début de discussion que @Lubrifixor a commencé sur le fil "CD C / CDG"
notamment le petite bande dessinée qui illustre ---><<j'ai trouvé ça>>
Ainsi que les échanges qui ont suivi...
Anon258976
Profil Censuré
Re: La Friendzone
le  6-03-2015 à 13:00 #
Voilà,

En effet, je suis tombé sur cette petite BD.
En lisant les commentaires, j'ai constaté que pas mal de gens avaient du mal à déceler le véritable message de fond, et moi même, je trouvait cette BD indigeste : il faut dire que comme vous pourrez le remarquer, l'auteure n'a pas choisi un moyen dédié à communiquer sérieusement et un autre moyen dédié à communiquer de manière ironique (vous pourrez vous-même constater que certaines bulles relèvent d'une dénonciation sérieuse tandis que d'autres relèvent du sarcasme, même chose pour les textes à l'extérieur des bulles, donc on est assez vite perdus).

Donc, à la lecture de la planche et des commentaires et réponses formulées par l'auteur elle-même voici ce que j'en comprend :

Le nice-guy, les "théories" de la friend-zone


Nombre de théories sur la friendzone mettent en avant une tribu, ou une typologie de personnes si vous préférez : les nices-guys.
En résumé, on défini le nice-guy comme le garçon "trop gentil", qui ne sait pas séduire les personnes de sexe opposé et qui se voue alors corps et âme aux filles qui le font craquer en devenant leur confident, parfois leur coursier, leur homme à tout faire dans les cas extrêmes...etc
Bien entendu, les textes que l'on peut retrouver sur le web mettent en avant certains argument cherchant à montrer pourquoi la gentillesse n'est pas une méthode adaptée à la drague (en partant sur des postulats évolutionnistes), et mettent en avant que dans les cas extrêmes cette gentillesse peut non seulement être étouffante, mais aussi faire peur (garçon ou fille, imaginez une personne que vous venez de rencontrer commencer à vous proposer de vous aider dans vos tâches journalières, vous offrir tout plein de petits cadeaux... etc).
Comme ces textes ont la prétention d'expliquer que la gentillesse n'est pas un modèle adapté à la drague, et que la personne qui les lit le fait sans doute parcequ'il craque pour quelqu'un qui "préfère rester amis".
On lui donne alors un certain nombre de conseils pour sortir de la "friend-zone", et, pas mal d'exercices à faire pour regagner confiance en soit (oui, car une forte proportion des "nices-guys" manquerait de confiance en soit, et si elle est bloquée dans cette friend-zone, c'est qu'elle n'a pas su jouer carte sur table dès l'entrée en matière, et s'est retrouvée dans cette zone "d'amitié" réputée difficile d'en sortir). Alors si je peu me permettre de témoigner, on peut craindre de la psychologie de comptoirs, mais a posteriori, quand on regarde les exercices proposé, c'est effectivement le même genre d'exercices types (et certains sont carrément ceux qu'on m'avait fait faire) que les thérapeutes [psychiatres, psychologues, infirmiers psy...etc] proposent à leur patients pour regagner confiance en soit, donc on est pas du tout dans un truc de marabout, à la différence qu'avec un thérapeute, on a en plus une réponse "personnalisée".
On propose donc au nice-guy de remettre en question son comportement, on lui donne des conseils somme toutes assez basiques et d'autres assez surprenants (s'éloigner de la fille afin de faire en sorte de lui manquer, partir des soirées où elle se trouve avant elle, pour la même raison, mais aussi pour ne pas lui donner cette impression inconsciente ou pas qu'on est comme son petit "chien-chien" qui reste auprès d'elle jusqu'à ce qu'ELLE en décide autrement et redevenir un vrai "homme", être tactile, ne surtout pas être d'accord avec elle sur tous les sujets, et le montrer, afin de ne pas lui donner une impression de s'adapter à son opinion sans être capable de faire valoir la sienne...etc)
Dans le même temps, on propose un certain nombre d'indice récurrents qui montrent qu'on est à l'instant T bien embourbé dans la friendzone voir même qu'il est considéré comme un pote 'gay' (la fille dit au garçon [nota, ça peut tout aussi bien être d'un garçon à une fille] qu'il est "tu es trop (ou très) gentil toi!", "toi, on peut tout de dire !"... Et a un comportement qu'elle n'aurait pas avec un garçon qu'elle considère comme un "petit-amis potentiel" ; ex: elle se montre sans hésiter au garçon avec son masque de beauté sur le visage, se montrer en peignoir ne lui pose pas de problème...etc en bonus, il n'y aurait rien de moins anti-aphrodisiaque qu'être le confident d'une fille).

Bref, y'a des conseil plutôt très surprenant, d'ailleurs on se demande parfois si ils ne viennent pas d'une autre planète, d'une autre espèce, comme il y'a des conseils plutôt évidents et somme toutes logiques : voilà pour ce qui est des ouvrages sur la friend-zone et les nices-guys ; si vous souhaitez en savoir plus, la documentation sur le web ne manque pas.

Le problème pointé du doigt ?


Pour la suite, maintenant que vous en savez plus sur les nice-guy et la friend-zone, voici ce qu'en dit la BD évoquée :
- L'idée du nice-guy poserait un problème à tous les niveaux : déjà, il s'agirait alors d'une typologie incapable de se remettre en question (le problème ne proviendrait pas de lui mais des femmes) et stimulerait l'idée que la gentillesse mérite une réponse sexuelle ou amoureuse... Ceci-dit, j'ai un peu de mal à placer ça dans le discours évoqué plus haut vu que ce premier postule que la gentillesse n'est pas la bonne méthode et que par ailleurs, il indique clairement que le problème provient bien du nice guy (sinon, il me semble qu'on le victimiserait et qu'on ne lui proposerait ordonerait pas de changer de comportement ? [limite cette littérature est même assez insultant pour la tribu qu'elle couche sur papier, les termes de "vrai clown", "chien-chien"... sont assez récurrents]).
- Le nice-guy serait un violeur en puissance (lire la BD).
- Le nice-guy serait sexiste et homophobe (les deux notions iraient souvent de paire), car, pris parfois pour un homosexuel, il se sentirait touché dans sa virilité.
- Le nice-guy verrait le femme, non comme un individu propre, mais comme une simple compensation sexuelle ou amoureuse.
- Le nice-guy mettrait volontairement une stratégie du "je vais être super gentil, ne pas la draguer, ne rien tenter, faire semblant d'être son ami innocent en espérant qu'elle me tombe dans les bras"...etc
A chacun d'apprécier cet argument, mais il me semble que le plus évident est qu'on tombe par défaut dans cette case, et surtout contre son grès, si on ne sait pas s'y prendre pour séduire les femmes non ? Je ne sais pas...

Alors, déjà, le "nice-guy", tel que représenté sur cette planche existe-il ? Il semble que certaines filles de mon entourage indique qu'elle ait déjà été prise dans une situation similaire avec des garçon.
Mais si cette typologie est légitime, on pourrait penser que cette planche l'est aussi, mais si on lit tous les nota, on constate que ce n'est pas simplement l'idée du nice-guy qui est pointée du doigt, car des liens sont fait vers des sites qui promeuvent précisément l'idée de le friend-zone (et par défaut disent au nic-guy d'arrêter d'en être un) sont clairement défini comme "horrible" par l'auteure.

Du coups, un peu perdu, le nice-guy décrit, aussi bien par la planche, mais aussi par ces textes sur la friend-zone semblent tous deux formuler une critique assez virulente à l'égard de ce fameux garçon, mais, la critique au sein de la BD est clairement dirigée contre ce garçon, tandis que dans les annexes, elle se dirige plutôt contre la "friend-zone"
Re: La Friendzone
le  6-03-2015 à 13:33 #
au sondage j'ai répondu la réponse A
en effet, le terme ne m'inspire rien de particulier.

"La Friendzone", on croirait presque que c'est une nouvelle mode.
mais si j'ai bien compris de quoi il s'agit, c'est un "truc" qui existe depuis toujours.
Anon258976
Profil Censuré
Re: La Friendzone
le  6-03-2015 à 13:57 #
En fait, on est effectivement face à des textes qui cherchent théoriser la séduction, et en particulier la séduction dans la cadre de la notion de Friendzone.

Voici une définition assez complète sur le wiki.

Difficile de retrouver cette définition en français, si ce n'est sur les site dédiés tant cette notion est encore tabou en France.
Personnellement, je ne sais pas quelle est la véracité de la notion de Friendzone, d'ailleurs, elle n'a rien de scientifique à l'heure actuelle (je crois, faudrait voir si la psychologie a étudié le truc mais j'en doute un peu), donc on en est encore qu'au stade d'hypothèse, mais ce que l'on peut constater au travers du web, c'est qu'elle provoque chez beaucoup la même réaction (épidermique) que pouvaient par exemple provoquer les premières hypothèses puis études scientifiques qui prouvaient que l'amour n'était dû à rien d'autre qu'à une chimie cérébrale (encore qu'il existe toujours aujourd'hui des gens hermétiques à cette réalité scientifique).

Mais dans tous les cas, oui, la notion de friendzone prétend définir une "catégorie" qui existe depuis toujours, mais qui n'a encore jamais été théorisé, ou peu.

(Modifié par Lubrifixor le 06-03-2015 à 14:04)
Re: La Friendzone
le  6-03-2015 à 14:03 #
Des études scientifiques pour ce machin ???
Faut avoir du temps à perdre .


Anon258976
Profil Censuré
Re: La Friendzone
le  6-03-2015 à 14:05 #
A l'époque d'un certain Copernic, c'est la tête qu'on avait à perdre, aujourd'hui, c'est le temps, chaque époque a sa mode

Après, de nos jours, on a toujours des études futiles dans la masse, alors, je ne serait qu'à moitié étonné...

(Modifié par Lubrifixor le 06-03-2015 à 14:07)
Re: La Friendzone
le  6-03-2015 à 22:17 #
Je suis d'accord avec Karthesius : la friendzone me paraît avoir existé autrefois... même si elle ne portait pas ce nom.

Si à l'âge de 20 ans, on m'avait posé la question : <<Une amitié "pure" peut-elle exister entre un garçon et une fille ?>> je t'aurais répondu à coup sûr : <<Non ! l'amitié n'est que la salle d'attente dans laquelle s'enlise celui qui aime et espère que son tour viendra...>>
D'après ce que j'avais pu observer, c'était le garçon qui se plaçait dans cette position inconfortable de "meilleur ami"... dans l'attente "de plus" !
Pourquoi ?
Parce que les garçons étaient généralement prêts à foncer (les hormones sont en ébullitions à cet âge !!) et ne se faisaient pas prier lorsque l' occasion s'offrait à eux : les filles, c'était une "denrée" plus rare !! (pardon pour la comparaison !)... les filles n'étaient donc pas repoussées ou "ignorées".

Mais aussi parce que une filles ne déclarait pas ouvertement à un garçon qu'elle désirait "être en couple avec lui". La manoeuvre était plus subtile (même si le résultat était le même !!) : c'était du "cours après moi que je t'attrape !".... mais ce "rituel" évitait à la fille de se retrouver "l'éternelle meilleure amie" dans l'attente que le garçon veuille bien l'aimer ! --> si le garçon restait insensible à ses signaux de séduction, on en restait là, on allait "voir ailleurs" !

Alors l'amitié sans arrière pensée entre un garçon et une fille ?? bien sûr, il arrivait qu'elle existât !... mais généralement entre amis d'enfance... et souvent cette amitié se distendait lorsque l'un ou l'autre se trouvait un partenaire amoureux et jaloux ou simplement qui l'accaparait.

Le phénomène "friendzone" me semble plus étendu de nos jours (en témoignent les fils du forum "Amour et sexualité") simplement parce que les codes ont changé : les filles n'hésitent pas à prendre l'initiative des avances amoureuses au même titre que les garçons... du coup elles peuvent elles aussi se retrouver à accepter le rôle de "meilleure amie" tout comme les garçons ! en attendant une promotion amoureuse.

Accepter d'être "le meilleur ami" est-ce une erreur ? est-ce toujours une impasse ?
Pas obligatoirement : cela peut permettre d'être là lorsque l'autre sera "de nouveau disponible"... ou largué !
Cependant, c'est une situation inconfortable que celle de devenir le confident des affaires de c.. coeur de l'être aimé auxquelles on ne participe qu'en spectateur ou en consolateur !
Et puis, si le charme n'a pas opéré immédiatement... peut-on s'empêcher de penser (en étant choisi plus tard) qu'on est un "pis-aller" ?

Cultiver l'amitié dans la seule attente de la liaison amoureuse future me paraît une erreur :
l'amour escompté est incertain (parfois improbable) et l'amitié ainsi imposée ne doit pas être sereine.
Si l'on désire une liaison amoureuse, autant ne pas perdre son temps dans une relation aux perspectives hasardeuses !...

(Modifié par shu-mei le 07-03-2015 à 08:16)
Re: La Friendzone
le  6-03-2015 à 22:50 #
le  6-03-2015 à 22:17, @shu-mei :

Mais aussi parce que une filles ne déclarait pas ouvertement à un garçon qu'elle désirait "être en couple avec lui". La manoeuvre était plus subtile (même si le résultat était le même !!) : c'était du "cours après moi que je t'attrape !".... mais ce "rituel" évitait à la fille de se retrouver "l'éternelle meilleure amie" dans l'attente que le garçon veuille bien l'aimer ! --> si le garçon restait insensible à ses signaux de séduction, on en restait là !


ah, ça me rappelle quelque souvenir(s)
c'etait comme tu dis du "cours après moi que je t'attrape.. sauf que j'ai fait comme dans le lièvre et la tortue.
avec moi dans le role du lièvre..
Re: La Friendzone
le  6-03-2015 à 23:15 #
D'après ce que j'ai pu constater, la FZ n'arrive que très rarement. Pourquoi ? Parce que ce bon vieux Zuckerberg a, passez-moi l'expression, niqué en moins de dix ans le mot "ami". Aujourd'hui, la majorité des 12-25 ans ont plus de 250 amis et trouvent leur sociabilité normale même avec ces 250 amis (je prétends n'être pas moins social, avec 50 fois moins d'amis). Alors excusez du rapprochement, mais on en arrive à établir une comparaison entre les amis et l'inflation. Puisqu'il devient commun d'avoir plus, que dis-je, beaucoup plus d'"amis", individuellement ils ne valent rien. Quel rapport avec cette FZ ? La phrase "Je suis désolée, mais je préfère qu'on reste amis" reste la plus utilisée pour refuser des avances. Et puisque le cours de l'ami a chuté, le déçu reste en réalité non pas un ami mais une connaissance, donc personne de bien particulier. Pire, les relations se dégradent souvent à cause d'une gène mutuelle après ce genre de déclarations, au point que connaissance devienne même un substantif flatteur.
Tout ceci me donne la conviction que cette théorie alambiquée n'existe pas dans la pratique, à quelques rares exceptions près (j'en vois une belle). En bref, depuis quelques mois et pendant encore quelques mois, ce terme sera utilisé, mais dans le sens "se prendre un râteau". Désolé @Lubrifixor de casser du sucre sur le fruit de tes recherches internet, mais je trouve que la BD n'est ni plus ni moins de la ♥♥♥♥ . N'en tiens pas compte, tu vaux bien mieux.

(Modifié par Radiator le 06-03-2015 à 23:18)
Re: La Friendzone
le  6-03-2015 à 23:57 #
@Radiator :
J'avais oublié l'usure du mot "ami", due à une utilisation abusive, intensive et finalement sans objet...
(la faute en est à ma méconnaissance des "réseaux sociaux" ! )
Personnellement, j'utilise beaucoup le mot "relation" plutôt qu' "ami".

Je pense aussi que nous ne donnons pas la même signification à "friendzone" : moi je l'ai interprétée comme "rôle de meilleur ami"... mais à la réflexion, j'ai dû me tromper !

En effet lorsqu'on esquive une déclaration d'amour en proposant d'être "amis", ce ne doit pas être la place de "meilleur ami" qu'on offre : c'est une fonction trop précieuse pour être offerte à quelqu'un dont les sentiments nous embarrassent et dont on se passerait volontiers !

Et je te rejoins lorsque tu dis avoir 250 : 50 = 5 amis... c'est tout juste le nombre de ceux qui me sont vraiment proches !
Re: La Friendzone
le  7-03-2015 à 07:36 #
@Lubrifixor

Je suis d'accord.
Au début j'ai pas compris l'intérêt de ce fil, je trouvais qu'il n'y avait pas assez d'options dans le sondage et aurait voulu répondre:
"Un mot popularisé dernièrement mais qui évoque une réalité connue par la plupart des hommes depuis que la femme est femme"

Mais finalement, bien qu'il manque toujours cette réponse, la question est intéressante. Parce que c'est vrai que dernièrement on voit un regain de ce terme, peut être même son invention.
Ça prouve qu'on essaie de théoriser un truc qui néanmoins existe depuis toujours. Mais pourquoi essayer de le théoriser maintenant, et qui le théorise ?

En ce moment peut être y-a-til une recrudescence des films qui portent sur la drague, je pense à Hitch ou tous les films comiques américains sur des jeunes qui cherchent qu'à niquer.
Très certainement aussi comme dit @shu-mei parce que les codes ont changé donc la Friendzone devient plus courante.
Mais c'est aussi grace à Internet.
Par exemple: les sites tenus par des "coach" en amour, sont légion.

Et sur ces sites ont va voir populariser et théoriser des termes qui serviront à mieux se comprendre entre nous, les "vrais" mecs, qui maitrisont tout de la drague !
C'est ironique! Evidemment ces sites disent souvent des trucs débiles ou ne suffisent pas à eux seuls pour apprendre à draguer; font un usage "poussé" de la "PNL" qu'ils utilisent comme on utiliserait une science dure, ou de l'hypnotisme.
Mais quelques fois ça t'aide à comprendre certaines choses. C'est de la psychologie de comptoir, comme dans les revues de filles (Na!) mais qui finalement dit pas des choses fausses ! Mais elle tombe dans le même travers que les magazines ou la psycho de comptoir: c'est qu'on décrit des choses assez courantes et on croit avoir fait assez, alors qu'en fait on n'a pas identifié les causes ni les remèdes. Ni d'ailleurs vérifié.

D'ailleurs c'est marrant... Qu'est ce qu'il manquerait à des livres de psychologie de comptoir: genre "devenez plus sûr de vous!" ou "apprenez à draguer!" pour devenir des livres étudiés en fac de psycho ?

Donc, oui, jvois pas pourquoi on devrait pas accorder de crédit à cette notion, elle désigne bien certaines situations réelles ou fantasmés (mais les fantasmes sont des réalités), en attendant de trouver un meilleur terme (et en francais).

La BD est sympa dans son dessin, le début illustre bien ce qu'est la Friendzone, et les conseils que te donnent tes amis. Tout est vraiment très réaliste.
Mais un peu plus loin, je pense qu'elle se trompe totalement sur les conclusions. Elle a voulu continuer sur sa lancée "homophobe", sexiste" et je ne sais quoi. Bref c'est vraiment n'importe quoi.

Par contre la GrilFriendZone, j'ai pas compris ce que c'est. Ça signfierait le fait qu'on traine avec une fille exprès pour sortir avec elle ? Ou alors le fait de proposer à une amie qu'elle sorte avec nous et qu'elle nous recale ?

@radiator Je pense exactement tout le contraire !

-Le terme Friendzone s'est assurément popularisé grâce aux nouvelles communications plus rapides.
-Facebook n'a pas remplacé la vraie vie, et il y a toujours des gens qui sont amis ou veulent sortir avec des filles dans la vraie vie.
Personne dans mon entourage ne dit: "J'ai pleins d'amis" pour signifier des amis en ligne.
-Le terme Friendzone disparaitra peut être mais ce "phénomène alambiquée" ne disparaîtra pas avant longtemps. Il faudra attendre un changement de société ou de relation hommes-femmes.
-Ce phénomène existe à 200%, j'en entend parler par tous mes amis, je l'ai vécu, etc..
Rien que le fait que le terme existe, ça dénote qu'une certaine façon d'appréhender la réalité existe par une grande partie des jeunes.

Le terme Friendzone ça colore la situation d'une certaine couleur(pléonasme ?), ça lui donne un sens particulier qu'un autre terme ne lui donnerait pas. Par exemple ça insiste sur le fait qu'on reste stagnant dans une "zone", ça donne une certaine coloration au mot "ami", etc...

Donc toi tu as peut être vécu cette situation, mais comme tu ne connaissais pas ce terme, tu l'as comprise autrement, en insistant sur une autre dimension !

Ajout du 07-03-2015 à 07:40:

Et en ce qui concerne le terme "ami" je ne sais pas mais c'est peut être vrai que notre manière de l'utiliser a changé à cause des réseaux sociaux.
Moi je sais que j'aurais un peu honte de dire à un ami qu'il est mon ami. C'est devenu trop précieux, l'amitié.
J'en ai 2 ou 3, le reste je garde le terme connaissance.
Re: La Friendzone
le  7-03-2015 à 10:40 #
Dans le contexte des ados, la FZ n'existe presque pas dans le sens qu'elle souhaite définir, à savoir rester des amis, des vrais, après un râteau. Globalement le phénomène existe mais porte très mal son nom, parce que comme je l'ai dit, l'excuse "je préfère qu'on reste amis" entraîne une dégradation de la relation. Tout à fait d'accord pour la nuance de stagnation que cela engendre (=>zone). Mais cela ne change pas mon point de vue : étant dans un collège/lycée de plus de 1600 élèves, impossible de ne pas en avoir entendu parler auparavant et de ne pas avoir vu des exemples de près.
Quel que soit le nom de ce concept, je crois que personne ne voit d'objection à dire qu'au moins on y pense, au mieux ça vaut.
Re: La Friendzone
le  7-03-2015 à 11:17 #
En fait, il me semble qu'on a donné un nom à une manoeuvre, à une position adoptée par l'individu lorsqu'il désire quelque chose qu'il ne peut obtenir parce que la décision ne lui appartient pas.
La tactique est d'attendre que l'objet du désir et les circonstances soient favorables pour lui permettre d'arriver à ses fins. Cela n'implique pas nécessairement une passivité attentive, mais peut s'accompagner de tentatives répétées. (et cela ne concerne pas seulement l'amour... obtenir l'achat d'un cheval , l'adoption d'un chien, des autorisations de sortie ou un voyage entre copains s'apparente à la même démarche).

"Friendzone" -->en l'occurrence on a simplement donné un nom à la situation d'attente d'un candidat évincé mais qui persiste dans ses intentions et attend le moment propice pour saisir sa chance... Il faut croire que cette situation est devenue extrêmement fréquente pour qu'on ait éprouvé le besoin de la nommer et (peut-être ?) d'en faire "un concept" ??

Il me semble que l'intérêt serait de se demander :
- si cette situation est devenue fréquente,
- si elle touche un grand nombre de personnes,
- et surtout "pourquoi ?"
- quels sont ses effets sur les individus concernés,
- comment s'en accommoder ou comment en sortir ?

Re: La Friendzone
le  7-03-2015 à 11:40 #
quand je pense qu'il y a seulement deux décennies, on se demandait comment lier amitié avec une fille sans se sentir entrainé ou obligé à aller plus loin.. Fallait une sacrée dose de persévérance.

et voilà que maintenant on cherche tout l'inverse, les temps ont vraiment bien changé.

..et encore j'ai pas connu Mai68, qu'est-ce que ça devait etre non de diou !
Y en a qui auraient apprécié de vivre quelques temps plus tôt.
Anon258976
Profil Censuré
Re: La Friendzone
le  7-03-2015 à 12:15 #

le  7-03-2015 à 11:17, @shu-mei :
Il me semble que l'intérêt serait de se demander :
- si cette situation est devenue fréquente,
- si elle touche un grand nombre de personnes,
- et surtout "pourquoi ?"
- quels sont ses effets sur les individus concernés,
- comment s'en accommoder ou comment en sortir ?


Je pense qu'il faut voir la réunion de plusieurs facteurs:
- j'imagine qu'un certain nombre de personnes s'est déjà retrouvé dans une situation assimilable à cette idée de friendzone, simplement, le web permet à chacun d'entendre parler du cas des autres, et ce chacun se rend compte qu'il n'est pas seul ou qu'il n'a pas été seul dans cette situation. D'où une théorisation de cette même situation.
*mode clown on*
- le nombre de mariages arrangé s'étant littéralement effondré depuis une certaine époque ne doit rien arranger à l'affaire
- la mémoire de travail des nouvelles gens (selon la génération) a probablement augmenté, ou alors baissé, depuis quelque décennies
Une très bonne mémoire de travail décroît (statistiquement) la probabilité d'avoir des relations tôt lorsqu'on est adolescent. De même si on a une très mauvaise mémoire de travail, d'ailleurs.
(lien)
Ce qui fait qu'on est plus dans une configuration optimale...
*mode clown off*

Mais pour l'histoire, la situation n'est pas nécessairement une simple situation d'attente (pour la personne désirée en tous cas) : on peut aussi bien être célibataire et refuser à quelqu'un le titre de compagnon/compagne parceque notre sensibilité fait que on ne veut pas sortir du schéma de l'amitié.
D'ailleurs, je crois que si l'on refuse quelqu'un pour des raisons "matérielle" (j'ai déjà quelqu'un, je suis un(e) assexué(e)...etc) on est pas dans la configuration d'une friendzone, il faut vraiment que la raison du refus soit l'amitié (même si on ment sur la raison, si on utilise une raison prétexte, il faut que la réelle raison du refus soit l'amitié), et pas autre chose, parcequ'avoir déjà quelqu'un est par exemple une raison suffisante pour ne pas sortir avec une personne même si elle n'est pas amis, mais être trop amis avec quelqu'un n'est pas une raison qui fonctionne avec un "non-amis" :
- "On peut pas sortir ensemble, t'es comme un frère pour moi"
- "Quoi ??? Mais on vient juste de faire connaissance !"

Je connais quelqu'un qui m'a dit un jour "je ne pourrait jamais coucher avec cette femme : nous sommes amis depuis trop longtemps, et nous avons trop de respect l'un envers l'autre pour sexualiser notre relation".
Je crois que là, on est en plein dans la définition de la friendzone... En tous cas, une friendzone mutuelle.


Après, y'a aussi une question philosophie derrière ça, le sexe-friend montre bien que dans l'absolu, sexe et amitié ne sont pas incompatible, sauf que le sexe-friend est une pratique encore naissante aujourd'hui, et de nos jours, comme dit plus haut, nous n'accordons sans aucun doute plus la même valeur au terme "amis" que nos aïeuls le faisaient.
J'en revient donc précisément au paragraphe plus haut ; les "vrais" amis, selon leur sensibilité ne veulent sans doute pas/plus envisager une relation amoureuse ou sexuée précisément parceque leur amitié implique trop de choses, plus fortes... Mais chacun dans la relation ne doit pas atteindre ce stade au même rythme.
Pour ce qui est du "respect", j'ai trouvé cette vision intéressante, il est vrai que le sexe est une activité quelques peu "salissante" et la pudeur entre les deux personne s'en trouve particulièrement affectée : il y'a peut-être donc de ça, dans le système de "friendzone".

(Modifié par Lubrifixor le 07-03-2015 à 12:30)
Re: La Friendzone
le  7-03-2015 à 18:47 #
Lubri :
Pour ce qui est du "respect", j'ai trouvé cette vision intéressante, il est vrai que le sexe est une activité quelques peu "salissante" et la pudeur entre les deux personne s'en trouve particulièrement affectée : il y'a peut-être donc de ça, dans le système de "friendzone".

Le sexe une "activité salissante" ??
Tu me rends perplexe !
"activité Salissante"... certes, si tu considères les pratiques décrites dans dans la littérature sadomaso...
"Salissants" et d'une niaiserie abyssale aussi, les films et vidéos pornos auxquels de nombreux ados ont accès sur le net...
Mais l'acte sexuel dans l'amour de l'autre, c'est tout le contraire : l'union de deux corps et celle de deux coeurs... il ne s'agit pas simplement d'assouvir un besoin hygiénique ou de "prendre son plaisir" : c'est un don, une fusion, un acte d'infinie tendresse... un investissement de tout son être.

Par contre, la réflexion que tu rapportes : <<"je ne pourrait jamais coucher avec cette femme : nous sommes amis depuis trop longtemps, et nous avons trop de respect l'un envers l'autre pour sexualiser notre relation". >>

Cela peut vouloir dire qu'il ne lui proposera pas une partie de jambe en l'air, juste pour passer un moment, une matière de distraction et après, plus rien : c'est tout à fait "normal" de se comporter avec respect et élégance vis à vis d'une personne dont l'amitié nous est précieuse !
Encore pourrait-on objecter que dans l'état actuel des relations "garçons/filles", cela peut passer comme une distraction banale, genre "on se fait un resto" ! sans plus d'impact qu'une simple distraction (faut voir le style de la demoiselle et de leur relation !)

Par contre, dans une démarche plus sérieuse, cela peut signifier la difficulté de passer d'une grande amitié aux gestes plus intimes d' un amour physique.
Il y a là, effectivement, la barrière qui peut être difficile à franchir, simplement parce que l'amitié de l'autre est importante et qu'on s'est enfermé dans un mode de fonctionnement difficile à transgresser ...
peut-être aussi un excès de pudeur... peut-être tout simplement faute de savoir comment serait accueillie la proposition d'un changement de statut... La peur de décevoir et détériorer ainsi cette belle amitié incite à préférer le statu quo au risque !
Mais je pense surtout que cette réflexion indique qu'on ne voit cet "Autre" que dans son rôle d'amitié et qu'il n' inspire aucun "désir charnel"... (car, dans le cas contraire, je pense qu'on prendrait tous les risques pour tenter sa chance ! ?)



(Modifié par shu-mei le 07-03-2015 à 23:58)
Re: La Friendzone
le  7-03-2015 à 21:41 #

le  7-03-2015 à 10:40, @Radiator :
Dans le contexte des ados, la FZ n'existe presque pas dans le sens qu'elle souhaite définir, à savoir rester des amis, des vrais, après un râteau.


C'est pas du tout ce que veut définir la friendzone justement.
La friendzone c'est pas quand après avoir été recalé, on reste vrais amis, mais c'est, avant même de faire une proposition, stagner à l'état d'amis sans apparemment arriver à avancer dans le coeur de son amie. Ensuite ça peut arriver qu'on lui dise qu'on l'aime et qu'elle réponde on reste amis. Mais si tu acceptes très franchement d'être son ami tu n'es plus dans la Friendzone, car tu ne veux plus sortir avec elle. Tu es juste devenu son ami. Par contre si tu continue d'essayer à la séduire là tu restes dans la Friendzone.
Je me demande si shu-mei n'avait pas compris Friendzone dans ton sens aussi.

Enfin.. je veux pas m'accaparer la définition de friendzone hein !
Mais c'est comme ça que tout le monde l'utilise depuis que je connais et entend ce terme.

(Modifié par thelouveteau le 07-03-2015 à 21:42)
Re: La Friendzone
le  7-03-2015 à 22:14 #
De toute façon, tu peux t'accaparer cette définition, elle ne me convient pas : elle manque de clarté et de cohérence à cause des sens du mots "amis", et dans ce cas c'est justement autour de ce terme que tu te dois de rester le plus précis possible.

Regarde , sans changer tes phrases, ce à quoi j'arrive :
Friendzone avant même de faire une proposition, stagner à l'état d'amis sans apparemment arriver à avancer dans le coeur de son amie on lui dit qu'on l'aime et elle répond qu'on reste amis Mais si tu acceptes très franchement d'être son ami tu n'es plus dans la Friendzone Pas Friendzone.

Démonstration par l'absurde.
Re: La Friendzone
le  7-03-2015 à 22:27 #
Moi j'inverse volontiers le rôle de la fille et du garçon .


Re: La Friendzone
le  8-03-2015 à 00:29 #
@thelouveteau :
La friendzone c'est pas quand après avoir été recalé, on reste vrais amis, mais c'est, avant même de faire une proposition, stagner à l'état d'amis sans apparemment arriver à avancer dans le coeur de son amie.

Effectivement, je n'avais pas compris la friendzone comme toi (mais plutôt comme Radiator).
Pour moi c'était devenir son ami(e) après s'être vu rejeté(e) : un lot de consolation de la part de l'élu(e) de son coeur... accepté dans la perspective de pouvoir saisir sa chance si l'occasion se présente...

Mais ton interprétation est tout à fait possible : s'installer dans l'amitié, se faire apprécier, devenir indispensable à sa vie, puis saisir l'occasion si elle se présente... En réalité, je pense que ce sont deux situations qui procèdent à peu près de la même démarche : conquérir une fille (ou un garçon) qui est inaccessible au moment présent.

On pourrait dire que la friendzone est la situation qui résulte du fait d' accepter d'être l' ami(e) , soit après avoir été repoussé(e), soit délibérément pour se faire connaître et apprécier... mais toujours dans le but de la/le conquérir le moment venu...
C'est ce but de conquête future qui différencie la "friendzone" de la simple amitié désintéressée et sans arrière pensée.

Je continue cependant à penser que c'est une tactique hasardeuse quand tu as affaire à une fille jolie et désirable : elle a toujours des candidats potentiels, donc aucune peine à trouver un prétendant... et de plus, c'est généralement elle qui prend la décision de la rupture (donc aucun chagrin à consoler !)... et pire, elle finit par te considérer comme un élément de son décor, de son confort : on n'envisage pas une aventure avec son fauteuil relax !
Re: La Friendzone
le  8-03-2015 à 02:02 #

le  8-03-2015 à 00:29, @shu-mei :

On pourrait dire que la friendzone est la situation qui résulte du fait d' accepter d'être l' ami(e) , soit après avoir été repoussé(e), soit délibérément pour se faire connaître et apprécier... mais toujours dans le but de la/le conquérir le moment venu...
C'est ce but de conquête future qui différencie la "friendzone" de la simple amitié désintéressée et sans arrière pensée.

Je continue cependant à penser que c'est une tactique hasardeuse quand tu as affaire à une fille jolie et désirable : elle a toujours des candidats potentiels, donc aucune peine à trouver un prétendant... et de plus, c'est généralement elle qui prend la décision de la rupture (donc aucun chagrin à consoler !)... et pire, elle finit par te considérer comme un élément de son décor, de son confort : on n'envisage pas une aventure avec son fauteuil relax !


Exactement, et c'est pour ça que la démonstration par l'absurde de @radiator est completement erronée car dans la premier cas on est ami mais avec l'intention de devenir plus, et dans le deuxieme on est sincèrement ami, et donc plus dans la friendzone.
La preuve c'est que dans le deuxieme cas, les conseils que nos potes nous donnaient quand on etait dans la friendzone (cf la BD de Lubrifixor) ne s'appliquent plus, car on ne veut plus la draguer, on est véritablement ami.

Et quand tu dis, shu-mei, que c'est une tactique hasardeuse, c'est justement ce que la majorité des garçons pensent, et pourtant beaucoup n'arrivent pas à s'empecher de le faire. C'est plus facile de s'enliser là dedans que d'avoir le courage de dire directement ce qu'on pense. Or à celui qui se met dans la friendzone on lui dira: il faut que tu en sortes !
Mais ce que critiquait la BD et aussi plusieurs personnes que je connais, c'est justement de croire que la Friendzone est une mauvaise tactique. Pour eux, c'est considérer qu'une amitié fille/garçon ne peut pas se transformer en amour s'il n'y a pas de sursaut viril de la part du garçon. Ou alors c'est considérer que les filles tiennent le mauvais rôle puisque c'est elles qui, inconsciemment ou non, nous font pénétrer de plus en plus dans la Friendzone en nous gommant tout espoir d'en sortir. Et d'autres choses encore.

Après à chacun de juger.


(Modifié par thelouveteau le 08-03-2015 à 02:03)
Re: La Friendzone
le  8-03-2015 à 07:40 #
@thelouveteau :
Ou alors c'est considérer que les filles tiennent le mauvais rôle puisque c'est elles qui, inconsciemment ou non, nous font pénétrer de plus en plus dans la Friendzone en nous gommant tout espoir d'en sortir.

Il me semblait néanmoins que, de nos jours, les filles pouvaient aussi se retrouver dans cette situation ?
En témoignent les fils sur le forum SLT "amour et sexualité"...
Je trouve d'ailleurs ces fils intéressants, même ceux qui paraissent très niais : ils me semblent refléter l'évolution des mentalités de la jeunesse (et parfois même les moins jeunes)... même s'ils sont parfois un peu caricaturaux, il se dégage une certaine image des ados et de leurs moeurs. D'ailleurs, ce n'est pas seulement l'initiateur du fil qui se révèle, mais beaucoup aussi les intervenants qui conseillent...

Quant aux garçons qui ne parviennent pas à sortir de la FZ, je pense que c'est parce qu'ils n'ont pas suffisamment de confiance en soi. Soit trop timides :i ls n'osent pas se déclarer franchement... soit trop modestes : ils se dévaluent systématiquement devant l'objet de leur admiration.
Certains en sont au point de déclarer qu'ils n'en sont pas dignes : à ce point, la fille qu'ils convoitent penserait déchoir en cédant à leur désir !
Ne crois pas que j'exagère : je ai vu cette maladresse en l'action !
Au point que la fille, outre le fait qu'elle n'était pas attirée, était persuadée qu'elle perdrait son "standing" en sortant avec lui !!
En dehors de cela, c'était un garçon intelligent qui, à la fin de l'année, intégra une "grande école" et dont le parcours par la suite confirma la valeur...
Par ailleurs, rien de plus agaçant qu'un garçon infatué de lui-même !!!
Il faut trouver le juste milieu ! c'est l'art de plaire aux filles !!

(Modifié par shu-mei le 08-03-2015 à 08:13)
Re: La Friendzone
le  8-03-2015 à 10:25 #
Si ma démonstration par l'absurde était erronée (et c'est heureux, sinon FZ=pas FZ), c'est uniquement parce que ta définition précédente était mal exprimée : je n'ai fait, que m'en servir mot pour mot (juste une question de français).

On est d'accord sur le fait que la morale de la BD ne vaut même pas la peine d'être lue.
Anon258976
Profil Censuré
Re: La Friendzone
le  8-03-2015 à 13:51 #
"activité Salissante"... certes, si tu considères les pratiques décrites dans dans la littérature sadomaso...
"Salissants" et d'une niaiserie abyssale aussi


Je ne suis pas d'accord.
Bien qu'elle puisse être passionnée, la pratique du sexe casse quelquechose dans la pudeur qu'il peut exister entre deux personnes et c'est en cela qu'à mon sens, le sexe est une activité salissante : et je ne vois pas non plus le terme 'salissant' seulement au sens 'figuré'.
Le simple échange de fluide me semble être salissant au sens propre et je pense que, bien que cela se nettoie facilement, cela a un impact plus tenace sur la psyché et je pense que c'est en partie ça qui joue sur ce bris dans la pudeur.
Il me semble difficile après ça de voir son ami(e) avec le même regard, alors on peut certes continuer à s'apprécier, rester en contact, mais je ne sais pas, il y'a une sorte d'"innocence" en moins dans cette relation. Après, à chacun d'apprécier la nature et l'(in)importance de cette "innocence" dans la relation amicale.

simplement d'assouvir un besoin hygiénique ou de "prendre son plaisir" : c'est un don, une fusion, un acte d'infinie tendresse... un investissement de tout son être.

Eh bien justement, peut-être que trop d'intimité (entre deux individus) tue l'intimité...

(Modifié par Lubrifixor le 08-03-2015 à 13:56)
Re: La Friendzone
le  8-03-2015 à 14:03 #
Sartre à écrit :
On n'aime rien si l'on n'aime pas tout .
"Fluides" compris .




Ajout du 08-03-2015 à 14:14:

Je te vois mal te "mélanger" avec une fille (et à fortiori avec un garçon).
En clair tu es mal barré côté sexe.



Anon258976
Profil Censuré
Re: La Friendzone
le  8-03-2015 à 15:07 #
Je comprend pas trop pourquoi en fait...

Quand j'emploi le terme de "salissant" ce n'est pas dans une intention péjorative* et c'est d'ailleurs pour cela que je le met entre guillemets (seulement je ne trouve pas d'équivalent réputé non péjoratif).
*D'ailleurs, je dirais même que cela contribue à l’excitation sexuelle.

Tout ce que je dit, c'est que cela a cette faculté de travestir la nature d'une amitié : à mon sens l'amitié et le sexe ne sont pas absolument incompatible, mais quand j'entend certaines phrases, telles que celle que je cite plus haut,

"nous sommes amis depuis trop longtemps, et nous avons trop de respect l'un envers l'autre pour sexualiser notre relation"

je me dit simplement que certaines "qualités", qui ne sont sans doute pas nécessaire à toute forme d'amitié, disparaissent ou sont effectivement un frein à la sexualité.
En tous cas, ce genre de phrase est une bonne illustration de ce que serait cette notion de friendzone.


Friendzone avant même de faire une proposition, stagner à l'état d'amis sans apparemment arriver à avancer dans le coeur de son amie on lui dit qu'on l'aime et elle répond qu'on reste amis Mais si tu acceptes très franchement d'être son ami tu n'es plus dans la Friendzone Pas Friendzone.


En tous cas je ne pensait pas que la définition même du terme était si complexe.
Je crois que ce qu'il faut garder à l'esprit c'est que la "friendzone" prétend simplement définir un état dans lequel le statut d'"amis" est un frein pour l'une ou l'autre des parties (voire pour les deux, mutuellement) à l'ouverture d'une relation sexualisée amoureuse ou non ; que la volonté de passer à une relation intime par l'une ou l'autre des partie ait déjà été exprimée ou non n'est pas un critère (à la manière d'un rempart, qu'une ville ait déjà été attaqué ou non n'est pas un critère pour définir si celle-ci possède un rempart).
Après, les textes qui parlent de la friendzone et du "comment en sortir ?" ont une tendance à systématiser ce "réflexe" : on entrerait systématiquement dans la friendzone dès que l'on devient suffisamment ami avec quelqu'un (une sorte de loi déterministe).


(Modifié par Lubrifixor le 08-03-2015 à 15:38)
Re: La Friendzone
le  8-03-2015 à 15:24 #
Quand j'emploi le terme de "salissant" ce n'est pas dans une intention péjorative* et c'est d'ailleurs pour cela que je le met entre guillemets (seulement je ne trouve pas d'équivalent réputé non péjoratif).

Pourtant tu as bien ecrit : Le simple échange de fluide me semble être salissant au sens propre


Anon258976
Profil Censuré
Re: La Friendzone
le  8-03-2015 à 15:42 #
En effet, et j'écris aussi :
D'ailleurs, je dirais même que cela contribue à l’excitation sexuelle.

Tout comme à mon sens la cuisine est salissante au sens propre.
Et de la même manière que la chimie est salissante au sens propre.

Et je ne vois pas en quoi dans ces contextes le terme "salissant" devrait être péjoratif, seulement, il semble qu'il le soit systématiquement dans les dico et dans l'esprit des gens.

(Modifié par Lubrifixor le 08-03-2015 à 15:44)
Re: La Friendzone
le  8-03-2015 à 16:10 #
Rokag déteint sur toi .