Souhaitez-vous participer à la création d'un jeu vidéo inspiré de Stardew Valley, ou le tester lorsque la version bêta sera disponible ? Remplissez notre sondage ou inscrivez-vous à notre lettre d'information (en bas de page)
1

Medecine or not, that's the question!

le  9-07-2015 à 05:01 #
Bonjour, bonsoir (selon...)

Alors je viens de finir ma terminale, et entre en fac de médecine à la rentrée.
Ce qui est embêtant c'est que je doute réellement de ma motivation pour cette branche, plutôt problématique surtout aussi tardivement...
J'explique, parce qu'il doit vous sembler totalement stupide d'aller s'inscrire dans un domaine qu'on ne souhaite finalement pas vraiment ou que l'on méconnaît. Je vous préviens d'avance, cela risque d'être long, comprenez que c'est vraiment le bazar dans ma tête alors pour que ce soit clair pour vous je ne peux je pense faire court.. Merci aux courageux (les autres qui lacheront avant, je vous comprends, et vous souhaite une bonne journée )

En fait, je crois que j'ai toujours voulu faire prof, peut-être plus à l'université (faire de belles conférences instructives avec une petite touche d'humour notamment du genre enseignant-chercheur, le top!).
Là, vous vous dîtes, pauvre fille, pourquoi choisir médecine si tu veux faire prof, il faut être totalement stupide!
Et c'est exactement ce que je me suis dit aujourd'hui, mais j'ai l'impression de faire un blocage, je vous explique:

Depuis le collège, je veux faire prof sûrement par modèle de professeurs super passionnés et épanouis (peut être aussi un désir de partage et transmission de connaissances). Le soucis, qui en est pas un à première vu et qui fait d'ailleurs assez prétentieux (c'est une des raisons qui fait que j'ai du mal à en parler librement à mes amies par exemple..), c'est que j'ai eu dès le collège de très bons résultats et certains font un lien rapide avec l'orientation. Donc dès que je disais à mes professeurs ou proches, que je voulais faire prof, on me répondait que je devais viser plus haut, et qu'en plus c'est mal payé pour la galère que ça représente notamment au début avec souvent la prise en charge d'élèves en très grande difficulté le plus souvent dans des ZEP.
Du coup, je pense qu'à partir de là, je me suis dit que je souhaitais être prof parce que c'était le métier avec lequel j'avais la plus grande proximité mais que ce n'était pas forcément ce que je voulais faire.
Finalement j'ai laissé mon orientation un peu de coté (je farfouillais tout de même les descriptions de métiers par ci par là), jusqu'en terminale où là, on ne peut plus attendre, il faut choisir.

Même dilemme, je ne sais pas quoi faire, et au vu de mes résultats, mes profs me conseillent les prépas scientifiques. N'étant pas attirée par l’ingénierie à priori, et me voyant mal souffrir deux années sans réellement savoir dans quel but, je mets de coté cette voie.
Mais j'aime bien comprendre comment le corps fonctionne (c'est quand même impressionant!) et je sais pas mais à chaque fois que je vois un accident j'aimerais courir sur le lieu et agir, sauver la personne. De plus, c'est vrai qu'il m'arrive de surfer sur des sites à chercher à comprendre quelle est l'origine de telle maladie, et son traitement et de me rêver, comme l'une des chercheuses ayant abouti à tel traitement... Par ailleurs, j'étais pendant cette année, dans une bonne période "Grey's anatomy" je me rêvais facilement comme Meredith (avec en bonus Shepherd ), et au vu de tous ces facteurs je me suis dit pourquoi pas médecine.
Je tiens plutôt à mon idée, me voyant dans le possible dans la neuro, ou urgentiste.

Arrive le bac et les résultats, surprise j'obtiens une moyenne plutôt inattendue, et mon prof me dit : "Et ça ne veut faire que médecin, moins ça serait vraiment du gachis! "
Une phrase qui comme ça n'a pas d'incidence mais qui m'a fait vraiment réfléchir depuis quelques jours..
Je m'étais dit en m'inscrivant pour médecine "bon si t'aimes pas tu pars en fac et tu fais prof". Mais le "ça me plait pas" il viendrait donc en première année, sauf qu'on fait pas vraiment de médecine en première année.. Donc déjà premier soucis.
Puis j'ai du mal à me voir toute ma vie en train de gérer des urgences qui ne sont pas aussi parfaites que dans Grey's, avec des alcoolos, des personnes qui savent pas vraiment pourquoi elles sont venues...
Et puis si je finis prof j'ai peur de repenser à la phrase de mon prof, et me dire t'aurais pu faire mieux, faire une grande école...

Je suis perdue! Etant inscrite pour une première année de médecine, je me rassure et me motive en me disant qu'éventuellement être PU-PH me conviendrait..

L'angoisse sartrienne m'habite, d'autant plus que j'ai une réelle impression de ne pas me connaître moi-même, ça peut paraître con de venir demander ici, mais on dit qu'autrui peut permettre de se connaître, au point où j'en suis je tente

Merci à vous d'avoir lu jusqu'au bout, et merci d'avance à ceux qui me répondront.

Bonne journée, et bonnes vacances pour certains!




Re: Medecine or not, that's the question!
le  9-07-2015 à 12:55 #
Pourquoi ne pas concilier tout cela ?

résumons tu aimerais enseigner, en fait aider les autres en leur communiquant l'enthousiasme d'apprendre:
Tu aimerais assez la médecine mais tu crains un peu la routine possible

La haute technologie, c'est faire un robot en utilisant des protéines et quelques minéraux et, lorsqu'il est hors d'usage pouvoir le bouffer

Je pense que le génie génétique te permettrait d'assouvir ton goût altruiste de sauver les autres - faire repousser une moelle épinière c'est plus gratifiant que de rétablir une partie du fonctionnement de celle ci:

Et bien entendu 'est de la recherche et cela implique (ou en tout cas devrait impliquer) l'enseignement

Le génie génétique c'est le pire ET le meilleur et cela implique que des gens profondément altruiste s'implique dedans

un peu d'humour



(Modifié par rokag3 le 09-07-2015 à 13:02)
Re: Medecine or not, that's the question!
le  9-07-2015 à 15:13 #
En passant, la "fabrication" d'organe sera un énorme marché dans quelques années (dans 5-10 ans environ) et ça demande des connaissances qui sont plus vaste que juste la génétique. Donc, question débouché, il y a aucun soucis.
Re: Medecine or not, that's the question!
le  9-07-2015 à 18:19 #
Salut,

L'intérêt d'être doué, c'est de pouvoir faire ce que tu veux, pas de réaliser les rêves des autres. Donc oublie les commentaires des profs

Je pense que tu devrais faire ce qui te rend heureuse à court terme, p.ex où se trouve ton bonheur dans 1 an, 3 ans, 5ans ? C'est déjà beaucoup, et ça ne sert à rien de planifier plus loin car d'ici là tu vas changer, ton environnement aussi, et tu te connaitras un peu mieux.

Les choix que tu fais maintenant n'ont rien de définitif. Rien n'empêche de changer de voie, ou de faire plusieurs carrières différentes les unes à la suite des autres.

Ben
Re: Medecine or not, that's the question!
le  9-07-2015 à 18:28 #
Si tu vise de hautes études, tu pourras enseigner avec des élèves eux même dans un parcours de hautes études. Tu auras donc (normalement) des élèves plus matures, plus intéressés et tu pourras te permettre quelques blagues ou avoir une pédagogie un peu plus laxiste.

Tu peux par exemple continuer dans la médecine, et après un certain nombre d'années, effectué une formation de professeur (en général c'est un an).

Si tu veux faire chercheur, rien de t’empêche de finir ton doctorat, de faire ta formation de prof et d'exercer en fac ou en école d'ingénieur (la grosse majorité de mes profs en école d'ingé sont des enseignants chercheurs ^^).




Ces discussions pourraient vous intéresser également:


Question sur la médecine
Fac de médecine
Fac de médecine.
La Médecine
Medecine