Souhaitez-vous participer à la création d'un jeu vidéo inspiré de Stardew Valley, ou le tester lorsque la version bêta sera disponible ? Remplissez notre sondage ou inscrivez-vous à notre lettre d'information (en bas de page)
1

Squarcini ne vaut pas un sesterce

le 27-09-2016 à 04:52 #
Bonjour,

http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2016/09/26/l-ex-directeur-du-renseignement-interieur-bernard-squarcini-place-en-garde-a-vue_5003734_1653578.html

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/09/26/01016-20160926ARTFIG00320-l-ex-patron-du-renseignement-interieur-bernard-squarcini-place-en-garde-a-vue.php

Voir ce sale bouffon (qui a essayé de me coller en taule avec sa clique de vautours) se débattre aujourd'hui dans les filets de la justice est une véritable jouissance.
Le mec aurait cherché à mettre la police sur la contrebande de cigarette pour faire plaisir à Philip Morris!
Et c'est ce même mec qui venait expliquer avec toute l'arrogance d'un chef des services secrets ce qu'était l'intérêt de la nation et le patriotisme.
EN TAULE! Et vivement qu'il pourrisse!

A noter que de l'empire de Sarkozy il ne reste pas grand monde à ne pas être mouillé soit par une mise en examen soit par une enquête.
Il reste quand même François Fillon notamment.

Les autres sont presque tous des gens qui se croient au dessus des lois et au dessus de tout le reste d'ailleurs. Je le dis surtout pour ceux qui ne voient pas de différence entre le PS et l'UMP/Les Républicains. Il y a quand même une petite nuance à percevoir je crois.


Re: Squarcini ne vaut pas un sesterce
le 27-09-2016 à 09:37 #
Mauvaise comparaison !


Valeur des Sesterces

Certain spécimens très rares et uniques peuvent se vendre jusqu’à plus 1.9 millions d’euros (voir quelques prix sur ce lien en anglais).

http://www.coinworld.com/coinvalues.html

Moi j'aurais écris moins d'un kopeck !

(Modifié par SETI le 27-09-2016 à 09:41)
Re: Squarcini ne vaut pas un sesterce
le 27-09-2016 à 10:34 #
Il est probable qu'en effet la Sarkozie soit une gigantesque mafia...
Mais paradoxalement, ce serait ce qui le rapproche le plus du gaullisme.
L
Re: Squarcini ne vaut pas un sesterce
le  6-10-2016 à 01:00 #
http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2016/10/04/l-affaire-squarcini-embarrasse-la-direction-du-renseignement-interieur_5007953_1653578.html

Quelle bande de redoutables pitres. Ils veulent jouer à Minority Report alors qu'ils sont même pas foutu de respecter les bases du code pénal

Invraisemblable.
Je ne sais pas si vous vous rendez bien compte du niveau de pourriture qu'il faut atteindre pour qu'un juge d'instruction ordonne de perquisitionner les locaux du temple du secret de la défense nationale. Surtout par les temps qui courent...

Moi je souhaiterais que les services secrets soient strictement limités aux missions antiterroristes et à la limite de contre espionnage.
Le reste devrait être confié à la police "classique" et donc non couvert par le secret défense.
Ca éviterait leur sentiment de toute puissance qui donne lieu comme chacun peut le voir à des dérives pathétiques.

Pendant que des gens se font canarder ou écraser par un camion cette bande de bouffons de mauvaise tragédie s'échangent des données pour faire ♥♥♥♥ Julien Coupat ou pour rendre service à LVMH, Phillip Morris ou telle ou telle personnalité.
Et tout ça avec les impôts d'honnêtes travailleurs.
Scandaleux.

(Modifié par TobbyNTucker le 06-10-2016 à 01:08)
Re: Squarcini ne vaut pas un sesterce
le  6-10-2016 à 16:36 #
<<<Le reste devrait être confié à la police "classique" et donc non couvert par le secret défense. >>>

donc couvert par le secret de l'instruction ou de l'enquête et des ripostes manu militari dites équivalentes ou proportionnées du genre "je me suis senti menacé alors je défonce la tête du pauvre manifestant"

choisir entre 2 systèmes qui sont en fait le même ce n'est pas beau ça ?
Re: Squarcini ne vaut pas un sesterce
le  6-10-2016 à 18:10 #
Quand même pas je pense. Le secret défense est un rempart spécial et particulièrement difficile à franchir.
Ce n'est pas la même chose avec le secret de l'instruction.
Re: Squarcini ne vaut pas un sesterce
le  6-10-2016 à 21:07 #
En effet, impossible de confondre les deux types de secrets, notamment du fait que le secret de l'instruction tombe au moment du procès, alors que le secret défense ne tombe jamais et a pour vocation d'empêcher les procès.
L
Re: Squarcini ne vaut pas un sesterce
le  9-10-2016 à 00:23 #
Avec humour ses quoi un secret d'état ?

(Modifié par badboysdu13 le 09-10-2016 à 00:24)
Re: Squarcini ne vaut pas un sesterce
le 27-02-2017 à 06:56 #
http://www.liberation.fr/france/2016/11/04/trois-phrases-qui-ont-trahi-squarcini-le-squale_1526263

Je vous laisse le soin de lire et d'apprécier le niveau de PITRERIE que certains de ces gens qui sont soit disant en train de nous protéger des terroristes atteignent...
Re: Squarcini ne vaut pas un sesterce
le 27-02-2017 à 11:21 #
C'est marant quand on relis ça de ton premier message du 27/09/2016 !


<<<A noter que de l'empire de Sarkozy il ne reste pas grand monde à ne pas être mouillé soit par une mise en examen soit par une enquête.
Il reste quand même François Fillon notamment. >>>

(Modifié par SETI le 27-02-2017 à 11:24)
Re: Squarcini ne vaut pas un sesterce
le 27-02-2017 à 11:45 #
Ouais

Y'en a plus. C'était le dernier des mohicans. Et maintenant ils sont tous pancartés.

Tant mieux!
Re: Squarcini ne vaut pas un sesterce
le 27-02-2017 à 11:52 #
Ouai! Mais combien d'autres ont eu de casseroles au c.l et dont on n'a plus jamais entendu de suites et qui ont rėaparu comme si de rien ėtait en bonne victimes.
Re: Squarcini ne vaut pas un sesterce
le 19-10-2017 à 01:27 #
Bonsoir,

Je rappelle que je suis arrivé sur ce forum le 19 Mai 2013 avec le couteau entre les dents contre la DCRI.
Aujourd'hui la DCRI (Direction Centrale du Renseignement Intérieur) a changé de nom et ne dépend plus de la Direction Générale de la Police Nationale mais uniquement du ministre de l'Intérieur directement.

Comme vous avez pu le lire à plusieurs reprises j'ai une dent contre l'ancien directeur de la DCRI (Bernard Squarcini) et plus généralement contre l'empire de la Sarkozie qui m'a placé sur le fichier CRISTINA en août 2011 et en outre accusé de Faux et usage de faux et de trafic d'influence pour avoir obtenu un arrêt de travail auprès de mon médecin traitant...
Ils ne rigolent pas avec la loi à la DCRI, soit, on va en reparler plus bas!

Sur le plan personnel 2 questions demeurent :
1-CRISTINA signifiant Centralisation du Renseignement Intérieur pour la Sûreté du Territoire et l'Intérêt de la Nation et étant un fichier ayant été autorisée par la CNIL dans un cadre antiterroriste, première question donc : est-ce que moi j'intéresse la sûreté du territoire ou l'intérêt de la nation?

Première question à laquelle il convient de répondre par oui ou par non.

2-La réponse de bon sens (le bon sens n'étant pas la chose la plus partagée en ce bas monde) étant Non il vient ensuite une deuxième question : pourquoi me suis-je retrouvé sur ce fichier?
Question ouverte beaucoup plus complexe et pour laquelle je crains bien de ne jamais avoir de réponse malgré ma combativité (6 ans maintenant).

Mon cas personnel n'étant pas très intéressant après tout j'en arrive à la suite : le développement à proprement parler!

Tout ce qui suit a été rédigé par le monde je vous l'assure, je le met en bleu.
Et voici le lien :
http://www.lemonde.fr/acces-restreint/societe/article/2016/11/04/004a4e8b16bddba9779ecdae27e907b9_5025157_3224.html
L'article fait plus de 8 pages et est payant (2 euros) je vous livre juste le plus accablant à mes yeux :

Article du monde datant de décembre 2016 : Enquête sur Bernard Squarcini, le maître-espion des réseaux sarkozystes
« Le Monde » a eu accès à l’enquête des juges qui ont mis en examen l’ancien patron du renseignement intérieur, resté au cœur d’un système parallèle au service, notamment, des intérêts de la Sarkozie.

Ils appartiennent à un cercle très fermé, celui des hauts gradés de la police nationale. Proches de Nicolas Sarkozy, virés par la gauche, ils sont membres, aujourd’hui, d’une confrérie secrète, dissimulée derrière des noms mystérieux, les « Happy few » ou le « club de Quenza », un village de Corse-du-Sud, dînent les uns chez les autres…
Ils s’appellent Frédéric Péchenard, Michel Gaudin, Claude Guéant, Ange Mancini, Christian Flaesch… Recasés auprès de l’ancien président de la République ou dans le privé, ils forment un réseau informel, très bien renseigné et toujours influent. Ils patientent, priant pour un retour en grâce électorale de leur mentor.

Parmi ces hommes, il en est un qui fait office de courroie de transmission avec le cœur du réacteur sarkozyste : c’est Bernard Squarcini, l’ancien patron de la Direction centrale du renseignement intérieur – DCRI, devenue Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).
Lire (en édition abonnés) : Les réseaux de Sarkozy à la manœuvre pour « déminer » les affaires
Longtemps, il s’est agité dans l’ombre, après son départ forcé, au printemps 2012, de la DCRI. Mais c’était avant que la justice ne mette au jour ses méthodes peu orthodoxes. Les juges du pôle financier Serge Tournaire et Aude Buresi l’ont mis en examen, le 28 septembre, pour, notamment, « entrave aux investigations », « compromission », « trafic d’influence », « faux en écriture publique », « détournement de fonds publics »…
Le Monde a eu accès à leur enquête, notamment aux écoutes judiciaires pratiquées en mars et avril 2013 sur le téléphone portable de M. Squarcini. On y découvre l’étendue d’un système de renseignement parallèle, délictueux, au croisement des mondes économiques, politiques et policiers.
La chute de l’ex-espion, piégé par son entrisme forcené, son imprudence, aussi, ébranle tout le réseau sarkozyste, plongeant au passage la DGSI et son directeur actuel dans la tourmente. M. Squarcini aura cette phrase, en garde à vue : « J’ai changé d’activité [il s’est reconverti dans la sécurité privée], mais j’ai gardé un esprit identique que celui qui m’accompagnait en ma qualité de haut fonctionnaire. » On ne saurait mieux dire.

-Cahuzac et « Victor Hugo »
Pour un ancien espion, Bernard Squarcini est très bavard. Trop. Le 4 avril 2013, à 14 h 51, le répondeur de son téléphone portable réceptionne ce message : « Allô, M. Bernard Squarcini, bonjour, c’est le secrétariat du président Nicolas Sarkozy (…) Auriez-vous la gentillesse de nous appeler au bureau ? » Deux minutes plus tard, il s’exécute.
La secrétaire de l’ex-chef de l’Etat lui passe Michel Gaudin, ancien directeur général de la police devenu directeur du cabinet de M. Sarkozy. Le climat politique est tendu, poisseux. Deux jours plus tôt, Jérôme Cahuzac a admis détenir un compte bancaire à l’étranger. Le scandale éclabousse le pouvoir socialiste.
Nicolas Sarkozy voit se profiler l’aubaine : et si François Hollande avait menti, s’il avait été au courant bien plus tôt des avoirs occultes de son ex-ministre du budget ? Il faut aller au renseignement, obtenir, qui sait, de quoi déstabiliser le chef de l’Etat. Une rumeur circule, déjà : une note émanant de la DGSI aurait alerté l’exécutif, plusieurs mois auparavant, sans que celui-ci réagisse.
C’est donc en ce sens que les policiers interprètent l’appel de M. Gaudin à M. Squarcini. « On ne peut pas récupérer une note, là ? », demande le premier. « Je vais essayer », répond M. Squarcini, qui ajoute : « Mais bien sûr qu’ils étaient au courant. » « Bon, alors il faut lancer l’opération Victor Hugo », lance, énigmatique, M. Gaudin.
Près de deux semaines plus tard, le 16 avril 2013, M. Squarcini recontacte le secrétariat particulier de M. Sarkozy. « Je revenais vers vous pour prendre un petit rendez-vous, commence-t-il. Il [M. Sarkozy] m’a dit de passer régulièrement… » Il ajoute : « Et je voudrais vous envoyer un petit mail pour… A son intention [Nicolas Sarkozy]… Et à celle de Michel Gaudin aussi. » Et il précise, en riant : « C’est sur l’affaire Cahuzac, c’est un petit blanc ». Un « blanc », dans le jargon du renseignement, c’est une note confidentielle, sans en-tête ni signature. « On lui remettra », promet l’assistante de l’ancien président.
Cette note, datée du 15 avril 2013, existe bien : elle a été découverte dans le coffre loué par M. Squarcini à la BNP de la rue d’Anjou, à Paris, lors d’une perquisition, au printemps 2016. Sept petits paragraphes expliquant, sans preuve, que « l’argent placé en Suisse n’appartiendrait pas qu’à M. Cahuzac » mais aurait servi à un financement illicite du Parti socialiste (PS) et de Dominique Strauss-Kahn, comme le résument les policiers. De plus, notent les enquêteurs, « il est question que M. Hollande aurait été mis au courant des problèmes de M. Cahuzac et qu’il aurait refusé sa démission avant les aveux officiels ».
Rien ne vient étayer ces graves accusations dans ce document que fait pourtant circuler M. Squarcini, puisqu’il l’adresse aussi au secrétariat particulier de Bernard Arnault, chez LVMH. C’est désormais l’un de ses employeurs – il émarge à hauteur de 12 000 euros mensuels –, depuis qu’il a été écarté de la DCRI. Il s’en amuse, même, au téléphone, avec l’assistante de l’empereur du luxe. Il appelle M. Hollande « l’usurpateur », précise qu’il va voir M. Sarkozy le vendredi suivant, et assure, à propos des avoirs cachés de M. Cahuzac : « C’est la campagne de DSK, et là c’est de source sûre. » Et il ajoute, à propos de M. Sarkozy : « Il a lu la note, ça l’a intéressé aussi. »
Entendu par les policiers, le 26 septembre, M. Gaudin se montre fort embarrassé. « Depuis 2012, je n’ai aucun souvenir particulier d’un échange d’informations avec Bernard Squarcini », commence-t-il. Mais quand les enquêteurs lui font part de l’écoute téléphonique, il change de stratégie, et soutient que son appel avait trait à l’affaire dite des frais d’enquête de la police nationale – qui lui a valu d’être condamné en première instance. L’affaire Cahuzac, la fameuse note « blanche » ? « Jamais, répond-il, je la découvre aujourd’hui. » L’« opération Victor Hugo » ? Aucun souvenir non plus…

-A la DGSI, le chef reste le "chef"
M. Squarcini a gardé tant d’amis au siège de la DGSI, à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), que l’on croirait qu’il n’en est jamais parti. Les trois secrétaires particulières du directeur, par exemple. Quatre ans après son départ, elles sont encore aux petits soins. Surtout l’une d’elles, qui le suit depuis son passage à Marseille (2004-2007) en tant que préfet délégué à la sécurité. On l’appelle encore « chef » ; lui affuble ses anciens subordonnés de surnoms, comme « Flup » et « Flop ». Une ordonnance pour sa femme ? Un certificat d’assurance pour sa moto ? Un rendez-vous chez le médecin ? Le numéro de téléphone privé d’un ambassadeur ? Pas de souci, le secrétariat du directeur de la DGSI s’exécute, sans sourciller.
M. Squarcini ne continue-t-il pas de recevoir sur sa boîte mail de nombreuses revues de presse et différentes publications, y compris le bulletin interne de la DGSI ? Pour un coût estimé par les enquêteurs à 8 000 euros par an ! Mais on ne refuse rien au « chef », quand bien même sa réputation laisserait désormais à désirer. « C’était d’un commun accord avec M. Calvar », se défend M. Squarcini lors de son audition.
Patrick Calvar, nommé par la gauche pour le remplacer à la tête de la DGSI, fréquente à l’occasion le même club privé, surnommé le « Happy few », que M. Squarcini. Ces petites largesses ont débouché sur une perquisition dans les locaux de la Sécurité intérieure, le 25 septembre, et une convocation par les enquêteurs d’une dizaine de membres des services secrets. Dont Patrick Calvar lui-même. Inédit et gênant.
D’autant que M. Squarcini ne s’est pas contenté de ces petits passe-droits. Ainsi, le jour où Claude Guéant, devenu avocat, le sollicite pour en savoir plus sur l’un de ses clients potentiels, il n’hésite pas à contacter M. Calvar. Leurs échanges téléphoniques sont interceptés. Le patron des services secrets, pris dans un conflit de loyauté embarrassant, renseigne malgré tout son prédécesseur. « Avec des pincettes », lui lâche-t-il ainsi, quand il faut qualifier le profil du client de M. Guéant.
Interrogé par les policiers le 29 septembre, M. Calvar a assumé. M. Squarcini ? « C’est un ami. » Au point, par exemple, d’accéder à sa demande d’intervention en faveur de la femme de Bernard Arnault pour une formalité administrative. Ou de soutenir les requêtes de deux femmes russes désireuses d’obtenir des autorisations de séjour. Ce circuit est intéressant à retracer : cette fois, c’est le sulfureux intermédiaire Alexandre Djouhri qui demande à M. Squarcini de jouer les intercesseurs, et c’est M. Calvar qui s’exécute. « J’ai demandé une régularisation pour une unique et dernière fois », convient M. Calvar.


Voilà. Ce sont ces gens là qui m'ont accusé de faux et usage de faux et de trafic d'influence puis placé sur un fichier antiterroriste.
Aujourd'hui tout est classé secret défense.
Et par ailleurs eux ne semblent pas se rendre compte qu'ils enfreignent la loi et qu'ils manient le trafic d’influence comme Tiger Woods manie le putter... Ou bien plutôt comme Kubiak manie le Big Mac! Pauvres innocents qu'ils sont.

Sérieusement vous en pensez quoi?
A titre personnel :
J'te foutrais bien tout ça dans une charrette direction la guillotine!

Ajout du 19-10-2017 à 01:34:

Ca c'est pas mal aussi :

Le chef du renseignement intérieur paraît tomber des nues lorsque les policiers lui révèlent l’étendue des services rendus par certains de ses hommes à leur ancien patron : un officier qui, à ses heures perdues, traduit en anglais des documents pour M. Squarcini, un major qui interroge tous les fichiers confidentiels possibles pour identifier les profils de dizaines de noms donnés par M. Squarcini… Jusqu’à obtenir la suppression d’une inscription au fameux fichier « S » pour un milliardaire russe.
« Moi je suis petit, c’est l’ancien directeur », remarque le major, le fameux « Flup », qui demandera même à immatriculer M. Squarcini comme une… source officielle du service ! « Ce n’est pas un voyou, ma hiérarchie était au courant », le défend-il encore. « Flup » scrutera aussi pour le « chef » les environs de la station de ski de Courchevel (Savoie), histoire de vérifier si la famille Arnault, qui passe ses vacances dans ce lieu huppé, n’a rien à redouter. C’est une certitude, le « chef » n’a jamais vraiment quitté ses bureaux.



Voilà à quoi s'occupent les gens qui sont censés nous protéger des terroristes

(Modifié par TobbyNTucker le 19-10-2017 à 01:58)

(Modifié par TobbyNTucker le 19-10-2017 à 02:46)

(Modifié par TobbyNTucker le 19-10-2017 à 02:47)




Ces discussions pourraient vous intéresser également:


Après Squarcini voici le soldat Larrieu