Un problème, une question ?

Lancer un fil!
2

Comment un jeune travailleur peut-il retrouvé gout au travail après une première expérience ?

le  9 janvier à 11:59 #
Bonjour tout le monde,j'ai une question.
Comment un jeune travailleur peut-il retrouvé gout au travail après une première expérience* de quelques années en CDI ?

*En ayant vu ou ressentit ça :

-Inégalité salariale (financière, hiérarchique(charge de travail) outils de travail).
-Mauvaise fois (clients, collègues ,responsables de la direction)
-Hypocrisie collective
-D'avoir des responsabilités mais pas le salaire avec
-Corruption des délégués du personnel
-Non respect de la rupture conventionnel, non mise à disposition de cette dernière aux salariés.
-Abolition des accords sur les 35h depuis 20 ans par une lettre de service (suppression des RTT) et diminution du panier.
-Sentiment d'être impuissant face à l'injustice et au bon sens.
-Un responsable direct incompétent et méprisable par son manque de respect et son ignorance.
-Absence total de solidarité.
-Une direction qui ne sais pas montré l'exemple (exemple PDG 10h/15h, idéal pour famille nombreuse)
-Absence total de reconnaissance et d'avenir professionnel au sein de l'entreprise.
-Astreinte qui nui à votre santé et votre vie privé.
-Arrogance et opulence de certain membres de la hiérarchie (prime exorbitante, achat outrancier).
-Tentative hiérarchique de destruction personnel ( utilité dans l'entreprise, confiance en soi, qualité de travail...) les joies de l'entretien de fin d'année !
- Gèle des salaires ( pas d'augmentation pour en bas)
-Des primes qui disparaissent pour ceux d'en bas.
-Le SMIC + 100 euros de brut.
-Limité sa pause repas à 15 minute, voir l'annulé, car le temps nous as été amputé arbitrairement
-Faire des tickets repas pour le moins chère possible (-3€) pour compensé le salaire avec les paniers repas.
-Manque de t'acte et respect dans les conversations téléphoniques.
-L'impression d'être vraiment prit pour un con comme jamais auparavant!
-Doute constant du peu de confiance accordé au collègue.
-Faire le sale boulot et le chiffre mais ne rien en gagné.
-Avoir été en marche arrière au boulot.
-Avoir des diplômes supérieures qui servent à rien !
-Avoir fait un chemin de croix pour obtenir une rupture conventionnel.
-Etre dégouté du secteur d'activité pratiqué.
-Morosité ambiante en bas de l'échelle.
-Problèmes d'organisation et communication aberrants
-Des moyens matériels dérisoires et formations manquantes
-Des ordres de déplacements non réfléchies
-L'impression d'être un technicien esclave escroc dans une grosse machine à fric.

- Bref, j'en oublie certainement et c'est un point de vu masculin.Je ne plaisante pas, j'ai vraiment vécu ces arguments. Je demande aux plus sages, au plus reculés, aux philosophes de notre temps, de répondre à la question. Car hélas, je pense être loin d'être seul dans ce cas. Je suis sorti du système cela na pas été facile, avant comme après, éclairez moi !

Comment se convaincre que je reverrai plus ça au travail ! enfin dans l'intégralité ? (soyons indulgent)

Cela reflète t-il pas notre société ? Liberté ! égalité ! fraternité !
Je provoque ! Les plus patriotiques d'entre vous.

Vous l'avez compris, je vide mon sac, c'est un cout de gueule. Zut alors !
Merci d'avoir lu.

PS: Pardonnez-moi d'avance les erreurs d'orthographes.


Re: Comment un jeune travailleur peut-il retrouvé gout au travail après une première expérience ?
le  9 janvier à 14:51 #
Bonjour moi je connais la solution pour qu'il reprenne goût au travail donnez lui un travail pas loin de chez lui, payer le double d'un salaire normal et des primes de productions et vous allez voir comment la foudre se déplace avec grand goût d'aller travailler.
Re: Comment un jeune travailleur peut-il retrouvé gout au travail après une première expérience ?
le  9 janvier à 18:09 #
Bonjour,

ce que dont tu parle ici, je le vis pour certain points également. Et comme toi, je me dis que je suis jeune (enfin j'aime me le dire) et que mon premier emploi est bien plus dur que ce à quoi je m'attendais.

Il y a des moments où ça va et d'autres où ça ne va pas du tout.
Ce qui me fait tenir? Des messages un peu comme le tiens, et un constat général qui est que en fait, rien n'est jamais parfait.

Alors bien évidemment, le portait que tu décris de ton ancien travail et particulièrement angoissant. Car tous ces points, s'ils étaient pris séparément, seraient tout à fait vivables. Sauf que voilà, ils se cumulent.

Effectivement, la plupart du temps, quand j'entends les gens se plaindre de leur boulot (moi y compris!), il y a des choses qui ne vont pas, mais il y a aussi des choses qui vont!

Quand je lis ce que tu écris, la première idée qui me vient pour te redonner espoir c'est tout simplement que tu as visiblement vécu le PIRE du monde du travail, et que par conséquent, quelque soit ton prochain boulot, il ne pourra être que MIEUX! Car même si comme je te l'ai dis, je suis convaincu que tous les boulots ont leur points faibles (notamment quand il y a une notion de rentabilité et de productivité), ils ont aussi tous des points forts.

Si je prend mon cas, je travaille trop (du coup je fais des pause sur SLT pour tenir! ), je n'ai pas le salaire que j'aimerais et qui serais à mon sens à la hauteur de mon investissement, je n'ais pas la reconnaissance que je souhaite de mes clients pour lequel je me plie en 4 mais qui persistent à être mécontents! (je les comprend, les problèmes d'organisation de notre société ne sont pas les leurs! -mais il n'empêche que c'est parfois dur!) et je pourrais te rajouter quelques lignes encore.

Par contre :
- J'ai des collègue en or, nous sommes solidaire entre nous et nous essayons tous de nous tirer vers le haut,
- bien que je ne soit pas toujours d'accord avec lui et qu'il ne puisse pas faire grand chose pour moi, j'ai de bonnes relations avec mon responsable direct,
- mon travail est intéressant,
- même si je ne suis pas payer à ma juste valeur, mon salaire me permet de vivre correctement.

Et là aussi je pourrais te donner encore des lignes de ce qui va bien dans mon métier.

Alors réjouie toi! Tu as la chance d'avoir commencer par le pire, le meilleur reste donc forcement à venir!

Et surtout, prend soin de toi, car un métier c'est important, mais moins que ta santé.
Re: Comment un jeune travailleur peut-il retrouvé gout au travail après une première expérience ?
le  9 janvier à 19:25 #
Puisque apparemment tu as la plume facile, écris un journal !
Mets-y ce que tu vis avec davantage d'humour qu'ici, et si ça ne fait pas un tabac (mais on sait jamais !) ça aura au moins le mérite de te défouler et t'aider à prendre de la distance.
Quand un supérieur t ♥♥♥♥ , imagine-le à poil assis sur les toilettes.
L
Re: Comment un jeune travailleur peut-il retrouvé gout au travail après une première expérience ?
le 10 janvier à 19:15 #
Tu as fait tes premières armes durement et de plus tu as très bien compris comment tout ça fonctionne (sans forcément y adhérer et c'est tant mieux) te voila maintenant armé pour la suite ! plus rien ne t'étonnera !

Bonne chance !

Ce message est filtré, cliquez pour l'afficher.
(Si vous pensez que le filtrage est injustifié, votez pour ce message)

Re: Comment un jeune travailleur peut-il retrouvé gout au travail après une première expérience ?
le 13 janvier à 01:26 #
@Pauvre-jeune: Je sais pas si tu vis vraiment ce que tu décris dans ton message, ou si c'est une situation que tu observes chez les plus jeunes (parce que ton pseudo a l'air d'une lamentation de vieux) ?

En tout cas, tu peux prendre ça de plusieurs façons:
Tu peux te dire que le monde du travail c'est comme ça, c'est dur, mais qu'effectivement il y a quand même de bons côtés. Tu peux positiver, te dire que ton prochain boulot sera peut être meilleur, que tu es jeune, qu'avec l’expérience tu iras vers un boulot que tu aimes davantage, que tu trouveras (ou plutôt que tu apprendras à négocier) de meilleures conditions, etc..

@tavernier43 a raison. Tu ne serais pas le premier déçu par l'entrée dans le monde du travail, et qui peu à peu prendrait ses marques et vivrait content (sans oublier évidemment les petites déprimes du quotidien dans la vie et le boulot).
Tu en auras d'autre des boulots, que tu aimeras davantage, où on t'aimera davantage.
Tout dépend du poste, du salaire, des horaires, de ce que tu as envie de faire, d'à quel point on te permet de le faire.

Même quand @Rudenergie fait le fanfaron, il a raison, avant c'était pire, aujourd'hui on devrait être content, et blablabla.

Dans le même esprit, tu peux aussi, maintenant que tu as compris qu'être en bas de la hiérarchie c'est la ♥♥♥♥ , étudier ou travailler dur pour devenir patron, ou responsable. C'est ce que font les vrais hommes il parait. Comme dit @Sénèque :

Désoler pour ceux qui ne sont pas de vrai hommes

HAHA lol

A l'inverse, une autre option serait de persévérer dans la haine, le dégoût, l'injustice que tu as ressenti, et, si c'est ton délire, commencer à lutter pour que les choses changent, parce que les choses peuvent changer, on est pas obligé d'accepter la façon dont on est traité aujourd’hui. Même si c'est mieux qu'avant, on est d'accord que c'est quand même la ♥♥♥♥ dans bien des points.

Quand je pense aux emplois que j'ai eu dans des grandes et petites entreprises: je faisais tout pour l'entreprise comme si c'était la mienne, j'acceptais absolument toutes les heures supplémentaires, j'acceptais toutes les basses besognes qui ne correspondaient absolument pas à mon poste, j'ai même accepté de travailler jusqu'à 4h de plus chaque jour sans être payé. Mes patrons et responsables ont toujours été très contents de moi, ma famille et ma femme étaient fiers de moi.
Les compliments de mes supérieurs, et accessoirement mon SMIC, me suffisaient comme récompense.
Je me souviens encore de ces moments de complicité avec l'un de mes patrons, quand je rigolais avec lui lorsqu'il se moquait du petit nouveau à l'essai qui n'avait pas accepté de se faire exploiter comme moi, qui s'empressait de partir à la minute même où sa journée finissait...

Je dis pas que j'aurais pas pu m'y faire à la longue, tout le monde s'y fait, nos parents avant nous, etc.
Pourtant je ne pourrai jamais m'y faire.

Revenons à toi: même si on arrivait à me prouver que les conditions dans lesquels on travaille aujourd'hui sont idéales, peut être que toi tu n'es pas fait pour le travail salarié. Ou pour le travail tout court. A toi d'essayer de modeler ta vie pour y échapper. Sans avoir l'impression d'être dans la fuite non plus, tu vois quoi...

Bref, courage, garde espoir dans tous les sens où tu décideras d'aller.

(Modifié par thelouveteau le 13-01-2017 à 03:00)


Ces discussions pourraient vous intéresser également:


On fait comment pour TROUVER du travail ?
comment gérer une clsse de première année moyenne super active
Loppsi2, un after Hadopi au gout amer...
Le boîtier anti-jeune pour ou contre?
Expérience client chez Nespresso