Un problème, une question ?

Lancer un fil!
1

Surpression dans la loi de Poiseuille: énergie libre ?

le 14 avril à 15:43 #
Salut,

En regardant une fois de plus cette foutue loi -sur la viscosité n- à l'intérieur du débit (Dv) de Poiseuille,



je m'aperçois que si le dénominateur qui contient donc dans cette fonction "8. n. L" devient plus petit que le numérateur "Pi. r^4", alors le différentiel de pression devient virtuellement positif; et s'il ne le devient pas, c'est par miracle le débit (Dv) qui le devient; mais pour cela il faut que la longueur L soit nettement inférieure à la longueur du rayon divisé par 8/pi, ce qui est tout-à-fait envisageable avec de la précision dans les mesures.

Vous voyez ce que je veux dire ? Etant donné que la viscosité "n" ne peut être changée (ben oui, en principe les frottements frottent encore et toujours), alors il faut faire diminuer L de façon draconienne, et mathématiquement au moins, on arrive à un débit de sortie supérieur au débit d'entrée, les p'tits Lu.

Re: Surpression dans la loi de Poiseuille: énergie libre ?
le 14 avril à 21:12 #
Bonsoir,
Depuis quand le module d'un dénominateur (positif) pourrait il changer le signe d'un rapport?
C'est effectivement virtuel!
par contre si la longueur devient petite devant le rayon alors le débit augmente en français de France la perte de charge diminue.
Le débit de sortie ne peut en aucun cas être différent de celui d'entrée sauf à basculer dans un monde imaginaire ou du fluide disparait ou apparait par miracle.
Si tu trouves un moyen de le faire alors fabrique un proto et utilises le pour faire ton plein de carburant tu feras de substantielles économies!
essaye encore.
JR
Re: Surpression dans la loi de Poiseuille: énergie libre ?
le 14 avril à 21:47 #
Bonsoir.
Dans cette formule il n'est question ni de débit d'entrée ni de débit de sortie. Il s'agit du débit qui, comme le dit Jiherve, est évidemment le même à l'entrée et à la sortie. À moins qu'on ait installé une dérivation entre l'entrée et la sortie.
Ce débit croît avec R et ou avec la surpression de l'entrée par rapport à la sortie.
Il décroît quand la viscosité augmente et ou quand la longueur augmente.
Où est le problème ?
Re: Surpression dans la loi de Poiseuille: énergie libre ?
le 15 avril à 09:26 #
@Jiherve et @Celuikidiki:

Désolé, mais mathématiquement Dv = (Pi r^4 / 8 nL) . P1 - (Pi r^4 / 8 n L) . P2 ... et ce sont bien 2 débits qui se soustrayent .
Bien sûr qu'il n'existe qu'un débit d'entrée et de sortie quant au "résultat des courses".

Mais vous ne répondez pas d'objection à la valeur surunitaire du débit si L devient extrêmement court..
J'admets que c'est très difficile à vérifier pratiquement dans les conduits hydrauliques; mais comme les valeurs espace-temps sont les mêmes dans les conducteurs électriques, il est alors beaucoup plus facile de fabriquer un conducteur plus petit en longueur que son propre rayon.




Et donc on peut vérifier la valeur surunitaire d'un débit de charges électriques (la sortie du conducteur supérieure en ampérage à l'entrée) avec une longueur L très courte.

Merci de votre attention.




(Modifié par soliris le 15-04-2017 à 12:00)
Re: Surpression dans la loi de Poiseuille: énergie libre ?
le 15 avril à 13:19 #
Bonjour
Non il n'existe aucun cas ou l'intensité mesurée en sortie d'un conducteur puisse être supérieure à celle présente en entrée, même avec un supra conducteur c'est toujours Iin = Iout
L'erreur que tu commets c'est de séparer les pressions car ce qui est moteur c'est la différence de pression s'il n'y en a pas il ne se passe rien l'analogie électrique est pertinente où ce qui importe c'est la DDP (différence de potentiel) et non pas le potentiel qui n'a pas de sens physique car on ne sait pas le mesurer.
La pression de sortie est toujours inférieure ou égale à celle d'entrée mais tu peux choisir ou est l'entrée donc inverser le flux .
So much to learn and so much to understand!
JR

(Modifié par Jiherve le 15-04-2017 à 13:23)
Re: Surpression dans la loi de Poiseuille: énergie libre ?
le 15 avril à 15:33 #
La formule de Poiseuille est valable pour des écoulements laminaires, à faible vitesse.
Quand la longueur est du conduit est très faible, étudiez le phénomène à partir des ajutages en paroi mince.
Re: Surpression dans la loi de Poiseuille: énergie libre ?
le 16 avril à 16:12 #

le 15-04-2017 à 13:19, @Jiherve :
... l'analogie électrique est pertinente où ce qui importe c'est la DDP (différence de potentiel) et non pas le potentiel qui n'a pas de sens physique car on ne sait pas le mesurer.

JR


Intéressante remarque; mais le potentiel ne peut être mesuré jusqu'à .. c'qu'on puisse le mesurer, ou l'évaluer mathématiquement.

Jiherve et @Celuikidiki: vous êtes trop sages.

Si je me fie au fait que j'ai raison contre toute attente, voici le genre de "fil électrique" que j'imagine pour produire un ampérage toujours plus grand à chaque "maille" .



Imaginez que ce collier soit conducteur d'électricité, mais que chaque "bicone" qui en touche un autre soit extrêmement plat et de plus en plus large par rapport à son épaisseur (il y a un seuil fatidique à découvrir, si on a pas les données de la résistivité).



Ci-dessus: en voici un autre (en bas à gauche) déjà plus plat, en métal conducteur, que l'on peut imaginer en double-face et en série les uns collés aux autres (comme le collier)
Cela devrait donner un ampérage surunitaire, de sortie supérieure à l'entrée, pour ceux qui veulent l'essayer en y croyant au départ.








(Modifié par soliris le 16-04-2017 à 16:21)
Re: Surpression dans la loi de Poiseuille: énergie libre ?
le 16 avril à 19:18 #
bonsoir
dans ton bidule la resistance sera dominée par celle existante au contact de tes bicones, tout le reste ne servira à rien et quand bien meme elle serait nulle les courant seraient egaux. La physique est une vielle dame tetue. Il n'est pas question d'etre sage il faut faire avec ce qui est tres solidement démontré.
Tu me décevrais beaucoup si tu sombrais du coté obscur des surunitariens.
JR
Re: Surpression dans la loi de Poiseuille: énergie libre ?
le 17 avril à 11:33 #
S'il y a un jour surunité, elle viendra des mathématiques.

Pourquoi serais-tu déçu ? Si un gamin joue à battre des ailes sur la pelouse, en croyant qu'il va atteindre la Lune, est-ce que cela déçoit ceux qui l'entourent ?

J'ai bel et bien tenté avec 3 machines (genre "roues d'Orffyreus") mécaniques et hydrauliques de créer de la surunité; mais la précision extrême exigée (ne fut-ce que pour atténuer au maximum les résistances) m'a fait comprendre que la solution ne pouvait venir -dans mon cas- que d'une réflexion philosophique ou logique, avant d'essayer de concrétiser quoi que ce soit (ou simplement de le tenter).

En attendant, toute cette recherche m'a donné un passe-partout pour étudier la physique existante: l'analyse dimensionnelle; et cela valait la peine d'y arriver, afin de réduire toutes les formules "barbares" encore d'actualité, comme celle-ci.
Note: un volt s'évalue dans mon système en m²/sec² ou un tesla en 1 /sec !



Ci-dessus: comment veux-tu apprendre tout cela par coeur ? Où se retrouve la légèreté d'esprit ?
Paix dans les coeurs; si j'ai tort, y a pas de risques pour personne..




(Modifié par soliris le 17-04-2017 à 11:36)
Re: Surpression dans la loi de Poiseuille: énergie libre ?
le 18 avril à 14:50 #
Au fait: personne n'a encore répondu sur le plan mathématique "pur".



Si la longueur L de la formule ci-dessus diminue drastiquement, le débit Dv devient surunitaire !
Une objection ?
Re: Surpression dans la loi de Poiseuille: énergie libre ?
le 18 avril à 17:11 #
Une objection ?

Quand la longueur devient très petite par rapport au rayon l'écoulement n'est plus laminaire et la formule n'est plus valable.
Je ne saurais vous dire pour quel rapport qui, je suppose, est lié à la viscosité.
Re: Surpression dans la loi de Poiseuille: énergie libre ?
le 19 avril à 12:24 #

le 18-04-2017 à 17:11, @celuikidiki :
Une objection ?

Quand la longueur devient très petite par rapport au rayon l'écoulement n'est plus laminaire et la formule n'est plus valable.
Je ne saurais vous dire pour quel rapport qui, je suppose, est lié à la viscosité.


Oui, il y a d'autres formules, qui contredisent même celle de Poiseuille, et qui englobent aussi bien les débits turbulents que laminaires.
Mais la grandeur de la longueur d'un conduit n'est pas ma préoccupation principale, même si je pense que -si la formule de Poiseuille est valable- elle devra susciter une vérification.

Il y a autre chose de plus intéressant: dans un conduit d'eau, la vitesse de l'eau diminue au fur et à mesure que l'on se rapproche des bords du conduit, dans les 2 cas.



Or donc il existe forcément un moment d'inertie (inertie = résistance) exercé par les particules du conduit sur le liquide lui-même. Peu importe qu'il s'agisse de l'une des multiples causes par interaction(s), par les forces de van der Waals ou autres; ce qui compte, c'est que dans la définition de moment d'inertie, on découvre ceci :

Wikipedia: "Le moment d'inertie apparaît ainsi comme l'analogue de la masse (inerte) du solide dans le cas du mouvement de translation, et est donc en relation avec la "résistance" de celui-ci à sa mise "en rotation" (NDLR: selon une vitesse angulaire) et si on l'ajoute à cette autre caractéristique "Le moment d'inertie autour de l'axe (NDLR: situé ici tout au long du bord) apparaît alors naturellement dans les expressions de l'énergie cinétique et du moment cinétique du solide considéré."

Même si la définition wiki s'applique à un solide, il est évident que chaque particule de liquide se rapprochant du bord est attirée comme un solide. La distinction solide-liquide est un concept purement anthropomorphique.

Etant donné qu'une accélération angulaire est en 1 / t² et que la dimension du moment d'inertie M. l² dans M. l² / t² = énergie, je peux suivre la piste de l'équation de cette opposition :

Masse . longueur² = - 1 / temps² ; cela suit bien l'explication de wiki : une masse associée à une distance inertielle carrée "s'oppose" à une vitesse angulaire contraire au carré.
Comment peut-il y avoir affinité entre ces 3 dimensions différentes : masse et longueur d'un côté, et temps de l'autre côté ? Pour moi la réponse est simple: il s'agit de 2 aspects d'un même phénomène.





(Modifié par soliris le 19-04-2017 à 13:12)
Re: Surpression dans la loi de Poiseuille: énergie libre ?
le 19 avril à 13:15 #
Bonjour
lorsque l'on évoque un moment c'est que le mouvement est une rotation c'est donc nul et non avenu pour un replacement rectiligne.

Pour ce qui est de la distribution de vitesse quel qu’en soit le profil exact celle ci est forcement nulle sur les bords car il y a bien adhérence sur les parois sauf pour un superfluide comme l'Helium 3 qui n’obéit pas à la loi de Poiseuille car sa viscosité est nulle.
JR
Re: Surpression dans la loi de Poiseuille: énergie libre ?
le 19 avril à 13:24 #
Comment faut-il lire - 1 / T² = M . L² ?

" A l'inertie des masses en mouvement interactif, autour et à distance de quelque axe que ce soit, s'opposent au même instant des mouvements du temps (ondes de temps en rotation) remontant en sens inverse de leur mouvement interactif ".

Il s'ensuit donc que ces ondes de temps s'opposent de système à système, parce que "les violons ne sont pas accordés" de la même manière. Et peu importe de la nature et du nom des interactions multiples.

Un p'tit exemple ici, dans ce PDF à télécharger absolument, qui concerne rien de moins que les interactions intermoléculaires

Là-dessus, je vais boire un coup de rouge.

Ajout du 19-04-2017 à 13:31:


le 19-04-2017 à 13:15, @Jiherve :
Bonjour
lorsque l'on évoque un moment c'est que le mouvement est une rotation c'est donc nul et non avenu pour un replacement rectiligne.

Pour ce qui est de la distribution de vitesse quel qu’en soit le profil exact celle ci est forcement nulle sur les bords car il y a bien adhérence sur les parois sauf pour un superfluide comme l'Helium 3 qui n’obéit pas à la loi de Poiseuille car sa viscosité est nulle.
JR


Non, au niveau moléculaire ce n'est pas rectiligne, les aspérités sont reprises dans la rugosité, d'ailleurs.

Si tu fais tourner, dans un moment de bonheur, ton sac à commissions autour de toi, et qu'il reste coincé dans l'aubépine du voisin, tu auras beau continuer à tirer dessus, il restera coincé. Ton influence persistes, mais le résultat est une résistance.. inutile; inutile comme la volonté, si je peux m'exprimer ainsi, d'une molécule ou d'un atome d'essayer de tourner autour d'une molécule plus solide d'un conduit, sans y parvenir.

La résistance, c'est l'attraction ET le freinage du mouvement alors qu'il devrait y avoir fluidité.

Merci pour l'hélium 3, que tu cites à bon escient. Mais t'intéresses-tu à savoir pourquoi il est "superfluide" ?
Re: Surpression dans la loi de Poiseuille: énergie libre ?
le 19 avril à 15:24 #
Merci pour l'hélium 3, que tu cites à bon escient. Mais t'intéresses-tu à savoir pourquoi il est "superfluide" ?


On peut sérieusement s'intéresser au domaine de validité de notre univers que l'on peut cerner à travers le zéro absolu et Céleritas.
proche de ces limites il n"est pas étonnant de constater des "comportements" étonnants, toujours dans notre univers mais avec un pied dehors
Re: Surpression dans la loi de Poiseuille: énergie libre ?
le 19 avril à 17:01 #
Tu deviens de plus en plus philosophe, @Rokag 3. "Avec un pied dehors", cela pose un sacré problème de domaine de définition !
Re: Surpression dans la loi de Poiseuille: énergie libre ?
le 19 avril à 17:35 #

le 19-04-2017 à 17:01, @soliris :
Tu deviens de plus en plus philosophe, @Rokag 3. "Avec un pied dehors", cela pose un sacré problème de domaine de définition !


en dehors de notre univers on peut imaginer de toute façon ce n'est pas "perceptible" donc la limite est nette , cette limite représente t'elle la limite d'un autre système organisé ou le chaos où il n'y a plus de contraintes ???

(Modifié par rokag3 le 20-04-2017 à 03:37)
Re: Surpression dans la loi de Poiseuille: énergie libre ?
le 19 avril à 23:04 #
D'après des renseignements affreusement réalistes (mais orientaux), aux limites de l'éther se trouve "une muraille infiniment plus dure que l'acier"; il s'agit peut-être des limites du non-être, et celui-ci peut être vide, peut être intraversable, peut-être inconnaissable.
Organisées ? Comme le vide peut l'être ?

En tout cas, cette info me laisse penser que l'éther se trouve donc sous pression, et que toute la création est en suspension dans un écrin; d'où ma recherche toujours effective sur la "pression de base", celle qui a densifié un Univers concret au moment du Big Bang.




(Modifié par soliris le 19-04-2017 à 23:05)
Re: Surpression dans la loi de Poiseuille: énergie libre ?
le 20 avril à 03:38 #
Mais arrête avec l'éther c'est prouvé faux stop!


Ajout du 20-04-2017 à 04:16:

En tout cas, cette info me laisse penser que l'éther se trouve donc sous pression, et que toute la création est en suspension dans un écrin; d'où ma recherche toujours effective sur la "pression de base", celle qui a densifié un Univers concret au moment du Big Bang.


pourquoi devrait'il se densifier?
on peu parfaitement imaginer une sorte de réaction négentropique à partir d'un ensemble chaotique qui, par hasard aurais pris une structure de précurseur valide.

Re: Surpression dans la loi de Poiseuille: énergie libre ?
le 21 avril à 11:25 #

le 20-04-2017 à 03:38, @rokag3 :
Mais arrête avec l'éther c'est prouvé faux stop!


Imagines que tu domines le monde, mon cher Rokag3. Il y a 97% des gens (en-dessous de toi) très rassurants, qui admettent d'emblée que l'éther n'existe pas (ou toute autre appellation d'une énergie fondamentale), et 3% d "imbéciles" qui y croient encore.
Penses-tu vraiment que ces 3% de gens (qui deviennent automatiquement des CHERCHEURS), tu vas les laisser "risquer" de prendre ne serait-ce qu' un quart de ta toute-puissance, sous prétexte que "Rokag3 et Jiherve et Kweeky et Ludwig" estiment que les 3 % sont des doux rêveurs ?
As-tu une idée de combien de fois ces forums de physique et d'astronomie sont surveillés ? Je suis d'origine littéraire (juste avant le bac: français, latin, grec) et remarque des identités de style, de questions posées sous des pseudonymes différents, des syntaxes, des expressions, qui sont là soit pour égarer le public sur des sujets sans importance, soit pour au contraire, obtenir des renseignements sur des choses qui seraient cachées... Mais venant toujours d'une même agence, combinant renseignements et désinformation (sabotage pur et simple).

Voilà pour la question de l'éther, ou de l'nergie noire ou celle du vide, ou la mer de Fermi, ou le nom que tu lui donneras: elle n'existe pas ? Pourtant elle dérange (et pourtant elle tourne... Galilée!)


pourquoi devrait'il se densifier?
on peu parfaitement imaginer une sorte de réaction négentropique à partir d'un ensemble chaotique qui, par hasard aurait pris une structure de précurseur valide.


Cette foi-ci tu postules que l'énergie fondamentale existe ? Et tu parles de réaction néguentropique ? Tu atteins le génie, pour moi; car tu te mesures à ton échelle à cet instant d'éternité qui a poussé une "structure précurseur valide par hasard", à provoquer à partir d'elle-même (en tant qu' "ensemble chaotique") une telle réaction niant l'entropie de son désordre.

Je n'ai pas d'autres mots dans la bouche, et ne demande qu'à apprendre de toi.

sol



(Modifié par soliris le 21-04-2017 à 11:27)
Re: Surpression dans la loi de Poiseuille: énergie libre ?
le 21 avril à 14:31 #
Cette foi-ci tu postules que l'énergie fondamentale existe ?


Absolument pas, je m'interroge sur les propriétés de rien, et l'absence de propriété a des implications déroutantes, on ne peut pas parler d'énergie, l'énergie se mesure et tu ne peux pas mesurer "rien" .

Il ne s'agit pas d'énergie ni de matière ou d'autres choses il s'agit de tout mais sans contraintes sans loi sans formes sans cohérences et opportun ou pas pour lui même

(Modifié par rokag3 le 21-04-2017 à 14:33)
Re: Surpression dans la loi de Poiseuille: énergie libre ?
le 21 avril à 16:12 #
Hum !

Je ne serai pas juge de ce que tu viens de marquer; ce n'est pas que cela soit discutable, mais trop éloigné des lois physiques à notre disposition (ce n'est pas une opinion, c'est un choix personnel):
Il y a 20 ans, j'ai tiré la conclusion que les 20 autres années que je venais de passer à chercher dans les religions et les philosophies, n'avaient pas rapporté quelque chose de simplement "substanciel", et que la physique m'apparaissait par contre très prometteuse.

Tout récemment, l'étude interne de la loi sur le débit (Q) de Poiseuille et ses comparaisons avec la loi d'Ohm, de Lenz-Faraday et de Navier-Stokes m'ont apporté à chaque semaine une ou plusieurs découvertes personnelles.
Pour moi, c'est l'utilisation de l'une de ses variantes (originelle) qui a permis à ce "chaos" dont tu parles de s'exprimer par la création pure et simple de l'univers primitif, avant que nous y vivions.



Ci-dessus: c'est ici que se trouve le Graal, dans cette formule où on retrouve le débit, la viscosité, la résistivité, la résistance, la conductance, le temps, l'espace, le rayon, le nombre Pi, le champ électrique, le champ magnétique, la vitesse, .. et l'interaction entre les sections d'entrée et de sortie (idéal pour la physique du déplacement instantané sans transition), le voyage dans le temps (à rebours), et autres promesses.

Bien à toi, @Rokag3
Re: Surpression dans la loi de Poiseuille: énergie libre ?
le 21 avril à 16:35 #
Je ne serai pas juge de ce que tu viens de marquer; ce n'est pas que cela soit discutable, mais trop éloigné des lois physiques à notre disposition (ce n'est pas une opinion, c'est un choix personnel):


Les lois de l'informations font partie de la physique, nous commençons à dépasser le cadre limité délimité par Shannon, sans tomber loin de là dans la pataphysique.
Re: Surpression dans la loi de Poiseuille: énergie libre ?
dimanche 23 à 23:18 #
Tu peux révéler ton point de vue en signifiant que la conversation restait sur la physique, même si j'ai cru un moment que tu parlais de philosophie.
Re: Surpression dans la loi de Poiseuille: énergie libre ?
lundi 24 à 04:18 #
Selon la définition de Klein,
«une géométrie est l'étude des propriétés invariantes d'un espace-temps, sous des transformations en soi». Par conséquent, la géométrie de la 5ème dimension étudie les propriétés invariantes de cet espace-temps, alors que nous nous déplaçons à l'intérieur, exprimés dans des équations formelles.

https://en.wikipedia.org/wiki/Five-dimensional_space

Klein ne définit pas la cinquième dimension comme étant l'information mais exprime la notion d'ensemble inclus (en lui même ?)

http://iopscience.iop.org/article/10.1088/0143-0807/36/1/015010

ici on parle de l'information en physique et il est remarquable de constater que l'on ne peut pas parler de l'information sans se référer à la notion de dimension




Re: Surpression dans la loi de Poiseuille: énergie libre ?
lundi 24 à 08:29 #
il est possible que ce soit notre incapacité à imaginer qu'il puisse ne rien exister quelque-part .. ou dans ce qu'on peut appeler un néant .. qui nous pousse à vouloir y voir des choses exotiques issues de nos imaginations.

Oui Soliris, .. oublier ce mot à connotation retrograde (l'ether) pour adopter une autre terme plus innovant , peut aider à reflechir sur les mystères de ce qui se cache au dela de notre portée conventionnelle.




Ces discussions pourraient vous intéresser également:


Energie libre
Energie libre, hydrogène, gazogène
énergie libre texte de Bearden
Champ magnétique terrestre et génératrice à énergie libre
energie cinetiqu, energie potentielle, energie mecanique