Souhaitez-vous participer à la création d'un jeu vidéo inspiré de Stardew Valley, ou le tester lorsque la version bêta sera disponible ? Remplissez notre sondage ou inscrivez-vous à notre lettre d'information (en bas de page)
1

Paradoxe sur la nature du temps

le  9-09-2017 à 12:54 #
Bonjour,

Voici l'énoncé du paradoxe: "Pour accélérer le temps en vue d'atteindre un résultat, il faut diminuer le temps nécessaire pour l'obtenir".

Logique, ou pas ?





(Modifié par soliris le 09-09-2017 à 15:25)
Re: Paradoxe sur la nature du temps
le  9-09-2017 à 16:29 #
Voici l'énoncé du paradoxe: "Pour accélérer le temps en vue d'atteindre un résultat, il faut diminuer le temps nécessaire pour l'obtenir".

Définissons un point d'observation O soit l'objet A distant de 10km de O sur l'axe X et 0 sur les axes Y et Z soit l'objet B distant de 1km de A sur l'axe Y o sur les axes X et Z

je déplace B vers A à 60 km!h donc il me faut 1 minute pour que B soit confondu avec A vu par O

comment traduis tu une accélération du temps dans cette relation?





Re: Paradoxe sur la nature du temps
le 10-09-2017 à 00:34 #
Bof juste des expressions qui jouent sur le sens du mot.
Allez hop: le temps de circulation est plus rapide par beau temps, par conséquence quand le temps est beau il accélère.
Re: Paradoxe sur la nature du temps
le 10-09-2017 à 15:07 #

le 10-09-2017 à 00:34, @qn :
Bof juste des expressions qui jouent sur le sens du mot.
Allez hop: le temps de circulation est plus rapide par beau temps, par conséquence quand le temps est beau il accélère.



J'étudie la réponse de @Rokag3 qui n'est pas facile à comprendre à première vue; quand au sens des mots: c'est tout le problème de la logique; quand Gödel se penchait sur "il est interdit d'interdire", s'il s'était appelé Patrick Sébastien au lieu de Gödel, tu rigolerais aussi de sa proposition.
Re: Paradoxe sur la nature du temps
le 10-09-2017 à 15:26 #
"Pour accélérer le temps en vue d'atteindre un résultat, il faut diminuer le temps nécessaire pour l'obtenir".
"Pour accélérer le processus en vue d'atteindre un résultat, il faut diminuer la durée nécessaire pour l'obtenir".
Re: Paradoxe sur la nature du temps
le 10-09-2017 à 23:02 #

le 10-09-2017 à 15:26, @qn :
"Pour accélérer le temps en vue d'atteindre un résultat, il faut diminuer le temps nécessaire pour l'obtenir".
"Pour accélérer le processus en vue d'atteindre un résultat, il faut diminuer la durée nécessaire pour l'obtenir".


Banzaï, qn.
En plein dans le mille, je ne pensais pas que tu prendrais d'un seul coup cette conversation au sérieux.

Mais la consistance de ce processus me semble être la "bande passante". Non ? Autrement dit : la vitesse de déroulement cinématique, le présent.
Or si on examine bien les sensations que ces 2 notions produisent (entre la durée et le déroulement), on s'aperçoit vite qu'elles ont de choses en commun, mais qu'elles ont aussi un degré de liberté chacune dans leur "coin"; particulièrement le déroulement serait une durée "compressée ou étendue" au gré d'une variable que je ne connais pas.

En as-tu une idée, @qn; et toi, @Rokag3 ?

Je veux bien faire le voyage de St Jacques de Compostelle en mini-vélo, si quelqu'un me donne la réponse.



(Modifié par soliris le 10-09-2017 à 23:06)
Re: Paradoxe sur la nature du temps
le 11-09-2017 à 18:15 #
Donc plus tu pédales moins vite , moins t'avance !
Re: Paradoxe sur la nature du temps
le 11-09-2017 à 19:31 #
le temps c'est toujours dans un référentiel
dans mon exemple si tu vas à 120 km/h tu mettra 30 secondes .
Par contre dans l'hypothèse ou l'on est dans le vide, en considérant que mon ensemble est physique et inclue dans notre univers, la vitesse de la lumière sera de 360000km/sec on pourra donc donner une valeur à la seconde dans cet espace à savoir, le temps nécessaire pour que la lumière parcourt 360 000 km.

Dans ce référentiel ce sera toujours vrai même si l'on a une courbure spatiale qui vas "allonger" la distance
Re: Paradoxe sur la nature du temps
le 12-09-2017 à 15:58 #

le  9-09-2017 à 16:29, @rokag3 :

je déplace B vers A à 60 km!h donc il me faut 1 minute pour que B soit confondu avec A vu par O

comment traduis tu une accélération du temps dans cette relation?


Ok, tu définis vraiment scientifiquement le cadre événementiel de ton explication ( l'axe des x, y z..) et j'ai encore du mal à m'habituer à ce protocole ( terrifiant d'efficacité, je l'avoue ).

Personnellement je vois parfois, dans la physique classique du mouvement, dans des conditions encore très peu relativistes, une sorte de sophisme (excès de sagesse pour une partie, absence pour une autre): prenons l'exemple d'Einstein: "il est impossible de savoir si tu es dans une fusée qui accélère uniformément à 9,81 m /sec², ou si tu es resté sur la Terre, avec une attraction gravitationnelle g = 9,81 m /sec²". Cet exemple est un sophisme, parce que du point événementiel, DANS LE MONDE REEL l'observateur s'est placé dans cette fusée soit POUR y dormir, par exemple toute une nuit au cosmodôme de Laval, soit il s'est placé dans une autre POUR aller sur Mars.



Ci-dessus, intérieur du cosmodôme de Laval, Québec.

Ton exemple se place dans un contexte où l'objectivation (la recherche d'un résultat) n'existe pas. Dès lors, il est difficile de se rendre compte que, dans un cadre forcément déterministe, des évènements pourraient s'accélérer grâce à l'accélération du temps. Bien sûr cela est prévu par Einstein dans la relativité (que je ne remets pas en cause), mais, comme tu le fais remarquer: ceux qui la vivent, ne s'en aperçoivent pas !!

Ce topic "paradoxe sur la nature du temps" fait appel aux souvenirs ou à la sensation d'une relation entre la vitesse du déroulement cinématique d'un évènement que nous vivons tous les jours différemment les uns des autres, et le souvenir commun (preuve à l'appui) de la durée exacte de cet événement.




(Modifié par soliris le 12-09-2017 à 16:04)




Ces discussions pourraient vous intéresser également:


Haute tension : paradoxe !
Paradoxe d'un gain d'énergie
nature de l'onde lumineuse
Le spin révèle-t-il la nature magnétique des particules ?
L'effort de pression est indépendante des masse et nature du milieu fluide