Souhaitez-vous participer à la création d'un jeu vidéo inspiré de Stardew Valley, ou le tester lorsque la version bêta sera disponible ? Remplissez notre sondage ou inscrivez-vous à notre lettre d'information (en bas de page)
1

Les antibiotiques font dérailler des traitements anticancéreux

le  9-11-2017 à 12:30 #
Les antibiotiques font dérailler des traitements anticancéreux

L'immunothérapie est la nouvelle arme de prédilection des médecins contre certains cancers. Or, des chercheurs viennent de montrer que son efficacité pouvait être sapée par de simples... antibiotiques. Et dès janvier, un nouveau laboratoire sera créé au CHUM pour en savoir plus sur cette découverte qui risque de changer les pratiques médicales.


Re: Les antibiotiques font dérailler des traitements anticancéreux
le  9-11-2017 à 22:12 #
Que l'on utilise le système immunitaire pour se battre contre le cancer est une évidence!
J'ai posté ce fil https://www.surlatoile.com/discussion/258074/Royal-Rife-Antoine#2432523

Dans l'hypothèse que je formule c'est le système immunitaire qui fais le travail (seul le système immunitaire est capable d'agir à la vitesse constatée par les expertises) les résonances produites par les ondes hétérodynes auraient comme effet de bords de "découvrir" l'état maligne des cellules cancéreuses les rendant similaire à des cellules cancéreuses "normales" qui sont reconnues et détruite par notre système immunitaire.

Ce peut il que certaines bactéries puissent avoir un effet de "découvreur" de cibles ?
Pour que le système immunitaire puisse fonctionner il faut penser aux bases d'un système de traitement d'information (le traitement de l'information n'est pas de l'intelligence).

que la cible à détruire ait des caractéristiques perceptibles et que ces caractéristiques soient répertoriées dans les actions de destruction du porteur de ces signes!
La cellule cancéreuse maligne cache les signes qui lui permettent d'être "identifiée" et donc détruite
Si l'association d'un objet avec une cellule cancéreuse maligne produit un signe "à détruire" alors la cellule et l'objet serons détruits.

Par contre si l'objet permettant cette reconnaissance est détruit alors ne pouvant s'associer avec la maligne la reconnaissance ne se feras pas.







(Modifié par rokag3 le 10-11-2017 à 12:48)
Re: Les antibiotiques font dérailler des traitements anticancéreux
le 10-11-2017 à 16:15 #
Akkermansia muciniphila est connue pour son effet anti-inflammatoire dans l'intestin. En étant pas mobilisées dans l'intestin, les cellules immunitaires sont plus disponibles pour s'attaquer aux tumeurs.
Re: Les antibiotiques font dérailler des traitements anticancéreux
le 10-11-2017 à 18:38 #

le 10-11-2017 à 16:15, @ben :
Akkermansia muciniphila est connue pour son effet anti-inflammatoire dans l'intestin. En étant pas mobilisées dans l'intestin, les cellules immunitaires sont plus disponibles pour s'attaquer aux tumeurs.


C'est une explication, mais elle me semble un peu légère, le système immunitaire parvient, et c'est heureux, à être au four et au moulin et même dans les champs , par contre

Des travaux récents du MIT concernent la détection des cellules cancéreuses et leur destruction par des bactéries "programmées"
http://news.mit.edu/2016/cancer-fighting-bacteria-0720

Certaines bactéries parviennent à tromper notre système immunitaire, d'autres détectent les cellules cancéreuses et profitent des ces espaces de tranquillités pour prospérer. https://infectagentscancer.biomedcentral.com/articles/10.1186/1750-9378-8-11


nous apprennent donc que certaines bactéries sont capable de "découvrir" des cellules malignes. invisible pour notre système immunitaire mais visible pour certaines bactéries, si ces bactéries sont elles moins invisible pour notre système immunitaire alors ...





Ces discussions pourraient vous intéresser également:


Surprenant effet d'un anticancéreux sur l'Alzheimer... Enfin un remède ?
Feu vert au premier anticancéreux ciblant des tumeurs à profil génétique spécifique
Espoir de nouveaux traitements issus de la médecine par les plantes
Les antibiotiques se rebiffent
Les phages au secours des antibiotiques