Ebola: un bateau de croisière refusé à Cozumel

Le bateau de Carnival Magic au large de Bélize-City. Photo: Wikipedia.

Un bateau de croisière de Carnival Magic a été refusé d’accès au port de Cozumel en raison de la mise en quarantaine volontaire d’une passagère. Cette femme travaillait à l’hôpital de Dallas où le Libérien Thomas Duncan, infecté par l’ebola, est décédé le 8 octobre. Entre temps, deux de ses collègues ont été testés positifs pour le virus.

La laborantine et son mari, déjà sur le bateau quand ils ont été informés par le CDC, ont donc décidé de se mettre en quarantaine volontaire afin de ne faire courir aucun risque aux autres passagers. Ils ne présentent cependant aucun symptôme, pas même une fièvre.

Les passagers en quarantaine auraient pu être rapatriés depuis le Bélize, via l’aéroport de Bélize-City, mais la demande a été refusée par les responsables locaux. Les autorités du Mexique ont quant à elles refusé de permettre que les passagers débarquent à Cozumel, le bateau devra donc directement retourner à Galveston, au Texas.

Les procédures peuvent sembler drastiques, et sont indéniablement injustes envers les nombreux vacanciers qui doivent les subir, mais sont bien compréhensibles lorsque l’on sait l’effet dévastateur qu’un simple cas d’ebola pourrait avoir sur l’économie de la région. On ne peut qu’apprécier le civisme de l’employée qui a volontairement sabordé ses vacances afin de ne faire courir aucun risque aux autres, même si cela aura sans doute involontairement contribué à la paranoïa ambiante.

Rappelons que l’ebola se transmet seulement par les fluides corporels, ce qui limite la possibilité d’exposition. Il faut également savoir qu’il s’est passé 19 jours depuis que la laborantine à travaillé sur des échantillons qui pourraient avoir été ceux du patient, ce qui rend une contamination asymptomatique particulièrement improbable.

Les passagers, qui ont tout de même pu profiter de leur début de croisière et d’une escale au Honduras, recevront un crédit de 200$ et une réduction de 50% sur leur prochaine croisière.

1 Commentaire le Ebola: un bateau de croisière refusé à Cozumel

  1. Ebola : bateau de croisière ( Faute sur mer )

    « Du séjour bienheureux de la divinité
    je descends en ce lieu par la grâce habité »
    Ça c’est Cozumel qui communique avec Playa del Carmen en lui témoignant tout le respect qu’elle manifeste envers elle à travers ces vers alexandrins empruntés aux oeuvres de Jean Racine (Esther ) .

    Playa del Carmen l’a répondue en citant un autre classique.
     » L’Innocence s’y plait ma compagne éternelle
    trahit donc ma confiance et ne fait rien pour moi  »

    En fait c’est une requête voilée parce que les touristes de passage à Cozumel prennent souvent une excursion pour Playa del Carmen ,la traversée en mer dure moins d’une heure,
    Ces deux villes sont des soeurs et se protègent entre-elles , dès qu »elles ont entendu : Ebola par- ci !, Ebola par- là! Ebola pourrait être là .
    L’état de Quintana Roo depuis le 1er octobre. est devenu un pionner dans l’éducation sanitaire et la prévention :
    A) Tous les travailleurs dans l’industrie touristique, doivent être certifiés .(cartes laminées avec photo)
    B) Pour obtenir ce certificat une prise de sang est impérative, après analyse seulement le certificat est attribué.(valide pour 6 mois)
    C) Tout commerce dans ce secteur qui ne respecte pas ces consignes sera fermé sans aucune forme de procès.
    Vous comprenez un bateau de croisière pourrait facilement mis en place avant le départ une mesure quasi similaire non seulement pour rassurer ses passagers mais aussi pour convaincre les autorités.

Laisser un commentaire